IranDroits de l'hommeIran : vague de protestations en veillée de fête

Iran : vague de protestations en veillée de fête

-

Iran Focus, Téhéran, 15 mars – Alors que l’ensemble de ses organes de sécurité avait été mis en état d’alerte, la jeunesse en Iran est descendue dans la rue à la tombée de la nuit. Allumant partout des feux de joie et brûlant des portraits des ténors du pouvoir, les jeunes ont transformé la veillée du dernier mercredi de l’An (l’année iranienne prenant fin le 20 mars), en manifestations et mouvements de protestation.

A la suite de l’appel des Modjahedines du peuple d’Iran pour célébrer de la manière la plus éclatante cette fête et en faire le théâtre de protestations, les autorités ont déployé une série de mesures répressives visant à empêcher toute sorte de rassemblement de la population mécontente. La radio et la télévision officielles diffusent depuis la matinée des communiqués des forces de sécurité et des parquets de la révolution. Elles ne cessent de lancer des avertissements comme quoi l’utilisation de pétards et de feux d’artifices, qui s’utilisent chaque année en cette fête traditionnelle, sera « une infraction passible de poursuites » et que les forces de sécurité « feront immédiatement preuve de fermeté avec les vendeurs et les utilisateurs de pétards ».

Un responsable gouvernemental a annoncé que 30 points de Téhéran ont été jugés « lieux à hauts risques » et on s’attend à ce que les jeunes s’y rassemblent davantage que dans les autres quartiers.

Malgré tout, les jeunes ont commencé à se rassembler quelques heures avant le début des festivités dans diverses villes, notamment Téhéran, Machad, Tabriz, Ispahan, Sanandaj, Lahidjan et Racht. A Téhéran depuis la matinée, les quartiers de Youssef Abad, Saadat Abad et Chahrak Gharb ont connu des face-à-face entre les forces de sécurité et des jeunes protestataires et on entendait partout des explosions de pétards.

A Machad, dès la tombée de la nuit, la rue Sadjâd était noire de monde et les forces de sécurité ont procédé à l’arrestation de plusieurs jeunes. Ailleurs comme à Ispahan, Tabriz, Babol, Machad, Karadj et Boukan, les rues étaient pleines de monde qui avait transformé la fête en protestation contre le pouvoir.

A Lahidjan, malgré l’omniprésence des forces de la répression dans toute la ville, la population est descendue dans la rue pour protester et l’on pouvait entendre partout le bruit des pétards. A Racht également, dès 17h00, une foule dense s’est réunie dans les rue Menzerieh et Golzar.

Selon les informations reçues de plusieurs villes d’Iran, à Téhéran et dans d’autres villes, la jeunesse a brûlé des effigies des ténors du pouvoir. On pouvait voir dans de nombreux endroits des portraits des dirigeants de la Résistance, Massoud et Maryam Radjavi, et entendre à la volée autours des feux de joies : « Le cri de chaque iranien : Liberté, Liberté ! » et « Vive Radjavi ! ». Les jeunes ont également distribué à grande échelle des tracts soutenant l’appel de Maryam Radjavi à un changement démocratique en Iran par le biais du peuple iranien et de sa résistance.

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous