IranIran (actualité)Feu d'artifice de protestations dans tout l'Iran

Feu d’artifice de protestations dans tout l’Iran

-

Iran Focus, Téhéran, 16 mars – La nuit a tenu ses promesses. Les Iraniens ont répondu « présents » à l’appel de la Résistance et se sont déversés dans les rues. Ils ont tenu le haut du pavé et en ont fait voir de toutes les couleurs aux forces de sécurité, omniprésentes mais débordées. Pas question de se disperser, pas question d’abandonner le bitume.

La Résistance avait donné pour instruction que la fête soit la plus éclatante possible, aussi le ciel s’est-il embrasé de pétards et de feux de joie, dont les flammes avaient parfois trois mètres de haut comme à Ekbatan, et le bruit des pétard n’a pas cessé une seconde de résonner dans toutes les villes.

La jeunesse a mené la danse, ne laissant pas de répit aux brigades anti-émeutes. Malgré les charges brutales, les nombreux blessés et les arrestations, les jeunes ont répliqués. Ils se sont défendus et aux cris de « Le cri de chaque Iranien : Liberté ! Liberté ! », ils ont lancé des contre-attaques, tendu des embuscades aux pelotons de gardes et les ont fait tourné en bourrique jusque tard dans la nuit. Cependant la violence de la répression a été telle que l’on compte les blessés par centaines, pour beaucoup des femmes et des enfants.

Les jeunes ont fait de cette fête traditionnelle du feu, un festival de protestations dans tous le pays, au point que le ministre des renseignements est venu grincer des dents et lancer des mises en garde à la télévision d’Etat. D’autant plus que presque partout, les photos des leaders du régime ont largement alimenté les feux de joies, que de multiples tracts soutenant l’appel de Maryam Radjavi à un changement démocratique par le biais des Iraniens et de leur résistance, ont été distribués, tout comme des posters de Massoud Radjavi, le dirigeant de la résistance, et de Maryam Radjavi, la présidente de la République élue du CNRI.

Téhéran :
Un responsable du régime a annoncé que 30 points de Téhéran ont été jugés « lieux à hauts risques » car on s’attendait à ce que les jeunes s’y rassemblent davantage que dans les autres quartiers.

https://fr.iranfocus.comench/uploads/img423893db478dc.jpg » />
Depuis la matinée, les quartiers de Youssef Abad, Saadat Abad et Chahrak Gharb ont connu des face-à-face entre les forces de sécurité et des jeunes protestataires et on entendait partout des explosions de pétards.
Les jeunes ont confectionné des épouvantails à l’effigie de Khameneï et Khatami et les ont incendiés dans des brasiers spécialement allumés pour cette fête traditionnelle. Les explosions de pétards étaient saluées par « A bas les mollahs ! », « Honte à Khameneï, pars du pouvoir ! » et « Le cri de chaque Iranien, liberté, liberté ! ».
Sur la place Mohseni de Téhéran, une foule de plusieurs milliers de jeunes s’est rassemblée pour sauter par-dessus les feux de joie. Ils criaient « Aujourd’hui et jusqu’à la liberté, Maryam tu es notre espoir ». Sur la place Mohseni, les forces de sécurité ont chargé la foule pour tenter de la disperser et ont fait des centaines de blessés, dont des centaines de femmes et d’enfants. Mais la population a résisté. Un bataillon de choc des forces de sécurité s’est déployé aux abords de la place et tabassent sauvagement les jeunes qui tentent y accéder.
Dans l’avenue Saadat-Abad, les quartiers Chahrak Gharb et Youssef Abad on ne cesse d’entendre des explosions de pétards. Sur le boulevard Kechavarz, la place Tohid, l’avenue Azadi, l’avenue Djomhouri et l’avenue d’Azerbaïdjan, la population s’est rassemblée, a allumé des feux de joie et scande des slogans hostiles au pouvoir. Sur la place Azadi, les gens ont distribué des portraits de Massoud Radjavi, dirigeant de la résistance iranienne, et de Maryam Radjavi présidente de la République élue du CNRI. Des patrouilles des forces de sécurité ont pris position de la place Vali Asr à la place Vanak, et les magasins et les passages marchands sont fermés. Dans certains quartiers de la ville, la densité des forces de sécurité n’est pas sans rappeler un état de siège. L’ensemble des bureaux a fermé à 15h00.
https://fr.iranfocus.comench/uploads/img423893337fb4d.jpg » />

Le quartier de Téhéran Pars dans l’est de Téhéran a été ce soir le théâtre de protestations hostiles au pouvoir de dizaines de milliers de jeunes célébrant la fête traditionnelle de la veillée du dernier mercredi de l’An. Ils scandaient « Vive la liberté ! », « A bas le régime des mollahs! »
Les forces de sécurité ont chargé la foule, mais les jeunes ont opposé une résistance courageuse. Durant les affrontements, au moins 50 protestataires ont été arrêtés. Les heurts ont été les plus vifs entre la place Falakeh Aval et celle de Falakeh Dovom.
Les forces de la répression, notamment le Bassidj paramilitaire, les pasdarans et des agents en civil ont attaqué les jeunes à coup de chaînes et de matraques. Les protestataires se sont défendus en criant « Vive la liberté! ». Des escarmouches ont éclaté ici et là à travers Téhéran-Pars. Les forces de sécurité ont tiré des gaz lacrymogènes et les gens scandaient « Par les canons, les tanks et les pétards, Khameneï va tomber! »
Les protestations se poursuivent après minuit (heure de Téhéran) et les jeunes continuent d’allumer des feux de joie et de lancer des pétards.

https://fr.iranfocus.comench/uploads/img423893b853c2c.jpg » />
https://fr.iranfocus.comench/uploads/img42389389eb20c.jpg » />
Machad :
Dès la tombée de la nuit, la rue Sadjâd était noire de monde et les forces de sécurité ont procédé à l’arrestation de plusieurs jeunes. La population s’est rassemblée sur l’avenue Sadjâd pour les festivités. On entend partout des explosions de pétards et les forces de sécurité bardées d’équipement anti-émeutes ont bouclé les rues y allant et arrêtent les jeunes qui veulent y accéder. Les gens se sont battus contre les agents dans la rue Sadjâd, et dans les quartiers Azadchahr, Ahmadabad et Rahnama. Des dizaines de jeunes ont été arrêtés dans la rue Sadjâd, mais les gens ont continué à lancer des slogans hostiles au pouvoir. Les bruits des pétards n’ont pas cessé pendant des heures.

Lahidjan :
Malgré l’omniprésence des forces de la répression dans toute la ville, la population est descendue dans la rue pour protester et l’on pouvait entendre partout le bruit des pétards.

Racht :
Dès 17h00, une foule dense s’est réunie dans les rue Menzerieh et Golzar.

Karadj (ouest de Téhéran) :
Des affrontements ont éclaté entre la police et les jeunes, et un véhicule de patrouille a été endommagé et deux centres gouvernementaux ont été incendiés. Dans l’avenue Amir Abad de Karadj, près de 1000 personnes ont allumé des feux de joie.

Chiraz :
Sur la place Gaz et autour du bâtiment de la radio télévision, ainsi que sur l’avenue Khakchenassi, les bruits d’explosion ne cessent de retentir.

Ispahan :
Les jeunes se sont heurtés aux forces de sécurité et aux agents du Bassidj dans le centre de la ville, alors que ces derniers essayaient de les empêcher d’allumer des feux de joie. Des heurts sporadiques ont continué jusqu’à minuit.

Tabriz :
Des milliers de personnes se sont rassemblées sur la place Vali Asr et les rues environnantes pour célébrer la fête du feu. Les jeunes ont fait sauter des bombes fumigènes et des bombes sonores. Des affrontements ont éclaté à la Jonction Abressan, où une foule immense était rassemblée. Malgré les charges brutales des forces de sécurité, les gens continuaient de lancer des slogans hostiles au pouvoir dans la rue.

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Le rôle des étudiants et des universités dans le soulèvement national de l’Iran

Lors du soulèvement national du peuple iranien, qui a débuté à la mi-septembre de cette année, les étudiants ont...

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous