IranDroits de l'hommeSakineh: les pays nordiques appellent l'Iran à commuer la...

Sakineh: les pays nordiques appellent l’Iran à commuer la peine

-

AFP: La Suède, la Norvège, la Finlande, le Danemark et l’Islande appellent Téhéran à commuer la condamnation à la peine de mort prononcée contre une Iranienne, Sakineh Mohammadi Ashtiani, pour adultères, selon un communiqué commun des ministres des Affaires étrangères publié jeudi.

« Nous avons suivi de près le dossier de Mme Mohammadi-Ashtiani qui risquait l’exécution par lapidation pour adultères et qui pourrait maintenant être exécutée par pendaison », écrivent les ministres dans un texte rendu public par le ministère suédois des Affaires étrangères.

« Ces deux sentences sont clairement inacceptables (…) Nous appelons les autorités iraniennes à commuer sa peine », poursuit le texte signé par Carl Bildt (Suède), Jonas Gahr Store (Norvège), Alexander Stubb (Finlande), Lene Esperen (Danemark), et Össur Skarphédinsson (Islande).

Ils étaient réunis de mardi à jeudi à Reykjavik pour le Conseil nordique.

« Nous notons que Mme Mohammadi-Ashtiani n’est qu’un cas parmi plusieurs autres similaires. Nous exprimons notre profonde inquiétude devant la situation des droits de l’Homme en Iran, en particulier la répression contre les défenseurs des droits de l’Homme, les rapports sur l’usage excessif de la force, les détentions arbitraires, les procès inéquitables et les accusations de torture. L’augmentation du nombre des exécutions est particulièrement préoccupante », conclut le texte.

Mme Mohammadi-Ashtiani a été condamnée à la pendaison pour son implication dans le meurtre de son mari et à la lapidation pour d’autres charges d’adultère.

La première condamnation a été commuée en appel en une peine de dix ans de prison. Mais la condamnation à la lapidation a été confirmée en 2007 par la Cour suprême.

La crainte d’une lapidation imminente, dénoncée cet été par le fils de Sakineh, Sajjad, avait déclenché une vaste campagne internationale de soutien.

L’application de cette peine a été suspendue par la justice début juillet mais des comités de soutien craignent qu’elle ne soit finalement exécutée.

Mardi, plusieurs comités de soutien à l’étranger avaient dit craindre une exécution mercredi, mais les autorités iraniennes ont assuré que Mme Mohammadi-Ashtiani était « en parfaite santé » et se trouvait « à la prison de Tabriz », dans le nord-ouest du pays.

 

7,062FansLike
1,155FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous