IranIran (actualité)L'Iran téléguidait la plupart des attaques au cœur de...

L’Iran téléguidait la plupart des attaques au cœur de Bagdad, rencontre avec Julian Assange

-

Les inrocks: Le site a rendu publics 400 000 documents qui révèlent la sale guerre menée par l’armée US en Irak. Comment ces infos sont-elles collectées ? Rencontre avec son fondateur, Julian Assange.

Le fondateur de WikiLeaks est un personnage difficile à saisir. Au sens propre. Julian Assange change de pays et de domicile sans prévenir. Il se teint les cheveux et entretient le mystère sur ce qu’il va faire dans la prochaine demi-heure. Il peut aussi sans crier gare convoquer toute la planète médiatique de CNN à la BBC en passant par Al Jazeera. Comme samedi dernier, à Londres.

Nous l’avons retrouvé quelques jours avant que WikiLeaks ne lâche sa nouvelle bombe : 400 000 documents militaires sur l’Irak. Toute une base de données. Sans doute la plus grande fuite de l’histoire militaire. Poursuivant leur stratégie d’alliance avec la presse de référence, les gens du site internet WikiLeaks ont partagé, gratuitement, ces documents avec le New York Times, le Guardian, le Spiegel et Le Monde.

Des victimes civiles. Des kidnappings. La guerre civile et la torture. Se dessinent aussi des réalités que la propagande avait laissé dans l’ombre. Au plus fort du conflit, en 2006, l’Iran faisait la guerre à l’armée US et téléguidait la plupart des attaques contre le gouvernement irakien au coeur de Bagdad. Des faits que le Pentagone avait toujours minimisé, concentrant tout sur l’ennemi officiel : Al-Qaeda.

Ces notes, une équipe de WikiLeaks les a décryptées sur plusieurs mois dans le secret du « Bunker ». C’est là que nous avions rendez-vous. Sur la porte, un avertissement : « Entrée interdite aux personnes non autorisées. » Derrière, une dizaine de journalistes et d’informaticiens concentrés sur leur écran. Décoiffé, mal rasé, Assange tangue parmi eux. Il semble avoir une nuit de retard. Au moins… Il parle d’une voix très basse, comme s’il était en permanence visé par des micros espions.

« Ces documents montrent comment la guerre peut déraper dans le crime. Nous espérons que leur publication rendra justice à la souffrance des Irakiens qui ont perdu des êtres chers. Peut-être même un jour à une indemnisation… »

WikiLeaks est en train de changer de dimension. Ce site internet, libertaire et marginal, maniant la transparence comme un contre-pouvoir absolu, a réussi à fédérer autour d’un scoop commun des journaux de toute la planète.

« Il paraît que les gens du Guardian ont un peu ramé pour vous convaincre de leur montrer les documents. Que vous étiez plutôt hostiles à l’idée de travailler avec la presse installée ?
– C’est faux, coupe Assange. Nous avons toujours collaboré avec les journaux mainstream, notamment le New York Times.
– Comment des hackers et des geeks en sont-ils venus au journalisme ?
– Nous ne sommes pas des hackers, nous sommes des journalistes d’investigation. Mais votre question est intéressante… Les forces qui s’opposent à nous aujourd’hui tentent de manipuler la perception du public de manière à nier notre statut de journalistes. Et il y a un enjeu derrière. Si nous ne sommes plus considérés comme journalistes, alors nous ne serons plus protégés par les lois des pays où nous sommes installés, les pays du nord de l’Europe. »

« Le moindre incident est rapporté »

Julian Assange est un peu parano. Mais il y a de quoi. Autour de nous, le cliquetis des claviers d’ordinateurs. La matière des révélations est scannée, triée, ordonnée… Aucun civil n’aurait dû y poser les yeux. Les « logs » de l’armée américaine sont majoritairement rébarbatifs. Des rapports d’incidents rédigés dans le jargon impénétrable des acronymes militaires. Sur un tableau blanc, plusieurs dizaines d’entre eux sont traduits pour aider à la compréhension des rapports. « OMF = Opposing Militant Force », un insurgé ; « PBIED = Pedestrian Borne Improvised Explosive Device », soit un piéton bardé d’explosifs ; « WIA = Wounded in Action », blessé au combat ; « Civcas = Civilian Casualty », un civil tué.

« Le moindre incident est rapporté, explique Assange. Il y a 104 000 morts. Mais ce n’est pas le total. Certains événements, classés top secret, n’ont pas été enregistrés dans cette base. Ça ne couvre ni les actions des Forces spéciales ni celles de l’armée irakienne… »

Devant le caractère explosif des révélations, le New York Times a choisi de montrer au Pentagone et à la CIA ce que le quotidien allait publier. Par sens des responsabilités… Les militaires leur ont demandé des changements mineurs. Censurer le New York Times aurait été impossible, les documents étant publiés par les Anglais du Guardian… Mais les militaires ont bien identifié la source de leurs malheurs.

« Une cellule de cent vingt personnes travaille sur nous en permanence »

Lors d’une conférence de presse, le 5 août 2010, Geoffrey Morrell, le porte-parole du département de la Défense, avait pris une grosse voix et détaché chaque syllabe :

« Ces documents sont la propriété privée du gouvernement américain. Que WikiLeaks nous les rende. C’est ce que nous exigeons ! Et qu’ils effacent tout ce qui est en leur possession. S’ils ne veulent pas s’amender, eh bien, nous avons des moyens alternatifs de les forcer à le faire. »

Il est très rare d’entendre un spin doctor du gouvernement formuler des menaces devant des caméras. Du bluff ? Une chose est sûre : le Pentagone ne plaisante pas avec ceux qui informent WikiLeaks. Ainsi, le soldat Bradley Manning, probablement une des sources de WikiLeaks (Assange, on s’en doute, refuse confirmer), se retrouve derrière les barreaux, dénoncé par un ancien hacker devenu informateur du FBI. Il risque cinquante-deux années de prison. Et ce n’est peut-être que le début d’une offensive. « Une cellule de cent vingt personnes travaille sur nous en permanence, raconte Assange. Nous savons que le gouvernement américain est en train de bâtir une procédure judiciaire contre nous. En tant qu’espions.

– Ça pourrait faire de vous des cibles militaires légitimes…
– Il y a déjà eu une proposition d’envoyer les Forces spéciales pour nous kidnapper en Europe et nous amener ligotés aux Etats-Unis… Comme les terroristes d’Al-Qaeda. »

Un scénario qui paraît dingue, mais qui a été imaginé par un néo-conservateur, Marc Thiessen, un ex de la Maison Blanche qui écrivait les discours du président Bush.

« Vous n’avez plus de téléphone portable ?
– J’ai plusieurs téléphones portables, que j’utilise selon les moments. Mais j’applique des procédures de sécurité sont bien connues des services secrets et des trafiquants de drogue. Les journalistes d’investigation devraient prêter plus d’attention aux méthodes des espions et des dealers…
– Vous n’avez pas d’adresse ?
– WikiLeaks existe dans un espace virtuel. Evidemment, il y a des lieux tout à fait réels où l’on se retrouve parfois. Ils sont souvent provisoires. Nous sommes une organisation transnationale avec son infrastructure, ses financements et des gens sur toute la planète. Mais nous n’avons pas de local connu et identifié. Pour de très bonnes raisons… »

Dans les milieux altermondialistes, Julian Assange a acquis le glamour d’une star. Ce qui va lui jouer des tours. En septembre, deux de ses fiancées suédoises ont porté plainte contre lui, à Stockholm. Assange se serait mal comporté. Un refus de préservatif. Au bout d’une brève enquête, l’affaire est classée. C’est alors qu’une autre magistrate reprend le dossier et décide de le poursuivre pour viol et « mauvaise conduite ». L’accusation est grave mais Assange n’est pas incarcéré. Il peut voyager, quitter la Suède et y revenir. Bien sûr, l’information fait le tour du monde. « Je n’ai rien fait, jure Assange. Mais on m’avait prévenu que ça risquait d’arriver. »

Il est peu probable que la CIA se cache derrière ces histoires d’alcôve. En revanche, rarement une brouille amoureuse aura connu un tel écho. Un chiffre n’aura pas échappé aux hommes de WikiLeaks : plus de huit millions d’occurrences dans Google en 0,23 seconde.

 

La Guerre contre le secret documentaire de Paul Moreira, le 6/11 à 19h30, sur Arte

 

http://www.lesinrocks.com/actualite/actu-article/t/53114/date/2010-11-04/article/rencontre-avec-julian-assange-dans-le-bunker-de-wikileaks/

7,062FansLike
1,165FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous