IranDroits de l'hommeCertains opposants peuvent être emprisonnés injustement, admet Kharazi

Certains opposants peuvent être emprisonnés injustement, admet Kharazi

-

TEHERAN, 11 avr (AFP) – Le chef de la diplomatie iranienne Kamal Kharazi a admis lundi que certains opposants pouvaient être emprisonnés indûment, mais a présenté les spécificités religieuses et culturelles de l’Iran comme des « lignes rouges » à ne pas franchir par l’Union européenne.
« Je ne dis pas qu’il n’y a personne en prison qui ne devrait pas s’y trouver », a déclaré M. Kharazi lors d’une conférence de presse conjointe à Téhéran avec son homologue danois Per Stig Moeller.
« Il peut y avoir des cas sur lesquels nous ne sommes pas d’accord » avec la justice ultra-conservatrice, « nous espérons que, si quelqu’un est en prison sans raison valable, il sera libéré », a-t-il dit.
Mais, a ajouté le ministre, « la question des droits de l’Homme doit être abordée en prenant en compte les spécificités de chaque société, ses valeurs culturelles et religieuses, en respectant les lignes rouges qui existent dans toute société ».
« Vous avez des lignes rouges au Danemark, vous en avez aux Etats-Unis, vous en avez dans toutes les sociétés, y compris dans la nôtre », a-t-il insisté.
M. Kharazi a « salué » le dialogue sur les droits de l’Homme avec l’UE mais a objecté que mettre l’accent, comme le fait cette dernière, sur des dossiers individuels « n’aide peut-être pas », mais « au contraire est peut-être contre-productif ».
L’UE a engagé en décembre 2002 avec l’Iran un dialogue formel sur les droits de l’Homme, inscrit dans un cadre plus vaste, à la fois politique et commercial. Les Européens, émus des atteintes aux libertés fondamentales, des fermetures de journaux ou de l’exécution de mineurs, ont obtenu un moratoire sur la lapidation.
Mais la querelle nucléaire iranienne a gelé le dialogue, au cours duquel les Iraniens ont constamment fait valoir les spécificités locales, telle la loi islamique en vigueur dans leur pays, et ont opposé aux Européens les violations des droits de l’Homme chez eux.
Per Stig Moeller a reconnu ces spécificités mais a aussi invoqué des « principes universels » nécessitant de « développer » le dialogue.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous