IranDroits de l'hommeQuatre internautes vont être jugés en Iran, mais la...

Quatre internautes vont être jugés en Iran, mais la justice admet des « fautes »

-

AFP, Téhéran, 20 avril – La justice ultra-conservatrice iranienne jugera quatre internautes tout en leur laissant espérer la « clémence islamique » et en décidant de renoncer aux poursuites engagées, indûment selon elle, contre de nombreux autres, a indiqué mercredi un porte-parole cité par Isna.
Une commission créée par le chef de l’autorité judiciaire, l’ayatollah Mahmoud Hachémi Chahroudi, a conclu « qu’à l’exception de quatre accusés, tous les autres n’avaient pas de mauvaises intentions et leur dossier a été refermé », a déclaré le porte-parole de la justice cité par l’agence estudiantine.
« Les quatre autres devront se rendre au tribunal et j’espère qu’ils bénéficieront de la clémence islamique », a ajouté Jamal Karimi-Rad.
Il n’a pas précisé l’identité de ceux qui devront répondre devant un tribunal.
Une vingtaine de journalistes et techniciens travaillant pour des sites réformateurs ainsi que des « webloggers » (titulaires de sites personnels) ont été arrêtés à partir de septembre 2004 pour propagande contre le régime, atteinte à la sûreté nationale, trouble à l’ordre public ou encore insulte aux valeurs sacrées. Ils ont tous été libérés avant la fin de l’année.
M. Karimi-Rad a admis que « des fautes et des manquements à la loi » avaient été constatés par la commission de la part du responsable judiciaire en charge du dossier et d’un autre fonctionnaire. « Il y aura des poursuites », a-t-il dit.
Plusieurs des mis en cause ont été contraints à des actes de repentance publique après leur libération. Mais certains sont ensuite revenus sur ces déclarations et ont fait état de mauvais traitements en prison. L’ayatollah Chahroudi a alors créé une commission d’enquête.
En janvier, lors d’une conférence de presse organisée par le prix Nobel de la paix, l’avocate Shirin Ebadi, l’un des « cyberjournalistes », Hanif Mazroui, a raconté que lui et ses codétenus avaient été battus et soumis à des questions humiliantes sur leur vie privée.
La justice a déjà reconnu à deux reprises récemment des cafouillages à l’encontre de Shirin Ebadi elle-même.
Depuis 2000, la justice a fermé plus de 100 journaux, pour la plupart réformateurs, et a emprisonné et condamné des dizaines de journalistes.

7,062FansLike
1,165FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous