IranDroits de l'hommeDes soulèvements dans une région pétrolière de l'Iran ont...

Des soulèvements dans une région pétrolière de l’Iran ont provoqué des centaines de morts et de bles

-

Iran Focus, Téhéran, 21 avril 2005 – La province du Khouzistan a été de nouveau le théâtre de violents affrontements entre la population et les forces gouvernementales au cours desquels des dizaines de personnes ont été tuées et des centaines d’autres blessées ou arrêtées.
De récents affrontements ont eu lieu hier matin entre les forces gouvernementales et la population locale dans plusieurs quartiers de la ville d’Ahwaz, notamment dans les quartiers de Kout Abdullah, Kian et Khashayar.
La ville d’Ahwaz se trouve à proximité de la frontière irakienne. Ses habitants sont en majorité des Arabes. La population iranienne compte de nombreuses minorités ethniques dont des Arabes qui sont plus de 2 millions (soit 3% de la population iranienne). La minorité arabe a subi une sévère répression sous le régime des ayatollahs.
Le vendredi 15 avril, des manifestations anti-gouvernementales ont éclaté à Ahwaz lorsque les forces de sécurité ont essayé de disperser une foule de 3000 personnes. Les manifestants voulaient exprimer leur colère contre un plan gouvernemental visant à modifier la composition ethnique de cette ville au détriment des arabes.
Les manifestants ont attaqué un certain nombre de bâtiments gouvernementaux, notamment des commissariats de police. Ils ont incendié une agence de la Banque de l’Agriculture.
Les forces de sécurité ont tiré sur les manifestants. Lors des affrontements qui ont eu lieu ces six derniers jours, au moins 300 personnes ont été blessées. Un impressionnant dispositif policier a été mis en place. Diverses forces armées gouvernementales comme les forces de sécurité de l’Etat, les gardiens de la révolution et les agents du ministère des renseignements (VEVAK) ont été déployées dans toute la ville. Selon des témoins, l’atmosphère à Ahwaz reste explosive. Plusieurs agents de sécurité ont été tués par les manifestants en colère.
Les forces gouvernementales ont reçu l’ordre d’arrêter toute personne voulant prendre part aux manifestations. De facto, un couvre feu a été instauré sur la ville. Les Ahwazis ont rapporté que dans la majorité des quartiers de la ville, il règne un climat très tendu.
Les agents du ministère des renseignements se sont mis à arrêter les anciens prisonniers politiques d’Ahwaz et d’autres villes de la province. Il y a eu tellement d’arrestations arbitraires que les cinq prisons de la ville sont pleines. Par ailleurs, un grand nombre de personnes interpellées sont détenues dans des caches des agents du VEVAK.
La mosquée Balal du quartier Sepidar et d’autres endroits similaires sont utilisés par les agents du VEVAK et par les gardiens de la révolution comme centres de détention provisoires.
Les écoles et les magasins restent fermés à Ahwaz. Les jeunes ont pris d’assaut des bâtiments gouvernementaux et des centres et des véhicules appartenant aux forces de sécurité.
Ali Chamkhani, le ministre de la défense qui est originaire de cette région et que les Ahwazis ont surnommé le « Boucher d’Ahwaz » à cause de son rôle dans la répression sanglante de cette ville lors de troubles en 1979, a essayé d’entrer mardi après-midi à Dayereh (banlieue d’Ahwaz), accompagné d’un grand nombre de garde du corps. Les jeunes ont accueilli lui et sa délégation sous une pluie des pierres les obligeant à prendre la fuite.
Le conflit s’est propagé à d’autres villes de la province telles que Mahchahr, Abadan, Khorramchahr et Chouchtar.
Un responsable judiciaire de la ville a déclaré que parmi les 344 personnes interpellées lors de ces troubles, plus de 140 personnes allaient rester en prison.

7,062FansLike
1,158FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous