IranFemmesUne Iranienne menacée de lapidation nie avoir été condamnée...

Une Iranienne menacée de lapidation nie avoir été condamnée pour meurtre

-

AFP: Une femme, condamnée à être lapidée en Iran pour adultère, a accusé les autorités de Téhéran de mentir en disant qu’elle a aussi été reconnue coupable de meurtre, afin de pouvoir l’exécuter en secret, dans un entretien publié samedi par le quotidien The Guardian.

Jeudi, Mossadegh Kahnemoui, un haut responsable judiciaire iranien, interrogé par des membres du Comité de l’ONU pour l’élimination de la discrimination raciale (CERD), avait assuré que « cette femme en plus d’un double adultère, a été également reconnue coupable de complot pour tuer son mari ».

« Son affaire est toujours en cours d’examen et rien n’a été décidé pour l’instant », avait-il ajouté.

« Ils mentent. Ils sont embarrassés par l’intérêt international porté à mon cas et ils essaient désespérément de distraire l’attention et de troubler les médias pour pouvoir me tuer en secret », a déclaré au Guardian, via un intermédiaire, Sakineh Mohammadi-Ashtiani, 43 ans.

« J’ai été déclarée coupable d’adultère et acquitté du meurtre, mais l’homme qui a en réalité tué mon mari a été identifié et incarcéré, mais il n’est pas condamné à mort », a assuré cette mère de deux enfants.

« C’est parce que je suis une femme, ils pensent qu’ils peuvent tout faire aux femmes dans ce pays », a-t-elle souligné.

Elle a également affirmé avoir signé le document lui signifiant sa condamnation à mort sans comprendre qu’elle allait être lapidée, parce qu’elle n’avait pas compris le mot arabe utilisé.

Elle s’est aussi dit plus vulnérable sans son avocat, Mohammed Mostafaie, qui a fui en Turquie où il a demandé l’asile.

Ce dernier a de son côté affirmé au quotidien The Times craindre pour son épouse Fereshteh Halimi, qu’il pense être détenue dans des conditions difficiles à la prison d’Evin, à Téhéran.

Une vaste campagne internationale cherche actuellement à éviter la lapidation à la mère de famille et Téhéran a annoncé en juillet la suspension temporaire de sa peine.

Le président brésilien Luiz Inacio Lula Da Silva a proposé le 31 juillet l’asile à Sakineh Mohammadi-Ashtiani, une offre dénoncée par les autorités iraniennes.

7,062FansLike
1,166FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous