IranIran (actualité)Iran: six candidats autorisés à participer à la présidentielle...

Iran: six candidats autorisés à participer à la présidentielle du 17 juin

-

Tageblatt, Luxembourg, 23 mai – Le Conseil des gardiens de la Constitution iranienne a retenu six candidats pour la présidentielle du 17 juin, dont Akbar Hachémi Rafsandjani, actuellement favori, rejetant 1.008 candidatures, dont celle du principal réformateur, Mostapha Moïn, a indiqué dimanche la télévision d’Etat.

Outre la candidature de M. Rafsandjani, ancien président, le Conseil des gardiens, organe de surveillance non élu contrôlé par les conservateurs, a approuvé la candidature de quatre conservateurs et d’un réformateur, Mehdi Karoubi, proche du président sortant Mohammad Khatami.

Le Conseil a rejeté la candidature de M. Moïn, ancien ministre de l’Education, soutenu par le Front de la participation, le principal parti réformateur, dirigé par Mohammad Reza Khatami (le frère du président), et celle d’Ebrahim Yazdi, chef du Mouvement de la libération de l’Iran (MLI), qui regroupe les forces de l’opposition libérale.

Les proches de MM. Moïn et Yazdi ont déclaré ces derniers jours qu’ils boycotteraient l’élection en cas de rejet de leur candidat à la présidentielle.

Selon la télévision, les quatre conservateurs qui pourront participer à ce scrutin sont Mohammad Bagher Qalibaf, ancien chef de la police, Ali Laridjani, ancien président de la radio et télévision d’Etat, Mahmoud Ahmadi Nejad, actuel maire de Téhéran, et Mohsen Rezaïe, ancien chef des Gardiens de la révolution, l’armée idéologique du régime islamique.

Selon les sondages, M. Qalibaf est le mieux placé parmi les candidats conservateurs. Il s’est acquis une certaine popularité en mettant de l’ordre au sein de la police et en luttant contre la corruption.

Ancien chef des forces aériennes des Gardiens de la révolution, il a pris la direction de la police après les manifestations étudiantes de 1999. Son soutien à la répression de ces mouvements lui est revenu à la face pendant la campagne.

Le Conseil des gardiens a également approuvé la candidature de Mehdi Karoubi, président du Parlement avant l’actuelle législature, dominée par les conservateurs, et de M. Rafsandjani, qui se présente comme un pragmatique modéré.

Président de la République de 1989 à 1997, cet ayatollah septuagénaire a annoncé sa candidature après plusieurs mois de suspense. Il a ouvert sa campagne en dénonçant les »extrémistes», allusion aux ultra-conservateurs du régime. Il est perçu comme étant favorable à un rapprochement avec l’Occident et à une libéralisation de l’économie.

Le Conseil a aussi rejeté la candidature des 89 femmes. Ce rejet n’est pas une surprise, le Conseil ayant annoncé de longue date que, à ses yeux, la constitution interdit aux femmes de devenir président.

Au total 1.014 personnes avaient déposé un dossier de candidature, mais il s’agissait en majorité d’inconnus.

Les Iraniens sont appelés aux urnes le 17 juin pour élire un successeur à M. Khatami, dont l’élection en 1997, avait suscité de grands espoirs de changement dans la population iranienne, mais qui a déçu ses partisans et a passé huit années à se battre contre les obstructions des conservateurs à ses projets.

Lors des législatives de février 2004, qui allaient voir les réformateurs reprendre le contrôle du Parlement, le Conseil des Gardiens avait disqualifié plus de 2.000 personnes, en majorité des réformateurs. La plupart des dirigeants du Front de la participation faisaient partie de personnes disqualifiées.

»Ces rejets de candidatures auront pour conséquences une faible participation», a déclaré l’ancien vice-président réformateur Mohammad Ali Abtahi, cité par l’agence estudiantine Isna.

Selon des experts, le rejet de la candidature de Mostapha Moïn et des autres personnalités du camp réformateur ou de l’opposition libérale, pourrait faire baisser encore le taux de participation qui, à en croire les sondages actuels, se situerait autour des 50%.

7,062FansLike
1,155FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous