IranIran (actualité)Iran-UE : Les Européens sortiront-ils de leur « tour...

Iran-UE : Les Européens sortiront-ils de leur « tour d’ivoire » ?

-

Iran Focus, 29 juin – Par Mehdi Akhoundeh – Depuis l’élection d’Ahmadinejad en Iran, les analystes et les tenants de la pensée unique en Europe se trouvent dans un embarras total. L’Europe de la complaisance et des concessions multiples aux mollahs avait d’abord misé sur le candidat Moïne. Les ambassadeurs européens à Téhéran étaient allés à sa rencontre lors de la campagne du premier tour. Mais Moïne a encaissé un échec cinglant et a été éliminé. Sa présence parmi les candidats n’était qu’une manœuvre du guide suprême Khamenei pour affaiblir la position de Rafsandjani. Les Européens ont sous-estimé l’ampleur de la déception suscitée par Khatami chez les Iraniens, qui n’ont fait aucun cas du pion de moindre importance qu’était Moïne.

Au deuxième tour, l’espoir des Européens s’est porté sur le candidat Rafsandjani. Le pragmatisme cynique de ce conservateur confirmé était plus au goût des chercheurs d’or noir au Moyen-Orient. Il s’est vu glorifier de « Chirac » de l’Iran, de « sauveur », et de « modéré ». Mais rien de cela n’a suffit pour tromper la population et l’attirer aux urnes. La campagne semblait même plus chaude dans la presse étrangère, notamment française, qu’en Iran où régnait le calme plat.

Résultat, le peuple s’est abstenu de voter. Le guide suprême a donné pour consigne à la milice du Bassidj, aux pasdarans et autres groupes paramilitaires d’aller voter en faveur d’Ahmadinejad. Les fraudes massives et le bourrage des urnes ont fait le reste. L’homme aux mille coups comme on l’appelle en Iran pour les coups de grâce donnés aux prisonniers politiques exécutés, est sorti de la lampe merveilleuse du guide suprême.

Ce coup de magie n’a pas manqué de sonner les Européens. A tel point que l’on a entendu des commentaires délirants sur cet Iran qu’ils ne comprennent plus. Le nouveau président-tortionnaire au passé terroriste devient « l’homme aimé du petit peuple ». Les paroles de certains commentateurs résonnent comme une insulte pour le peuple iranien qui a fait preuve de vigilance en refusant de marcher dans cette mise en scène électorale.

Incapables de comprendre ce qui s’est passé, les pays occidentaux ne peuvent prévoir l’avenir. « Inch Allah » est devenu le mot d’ordre de toutes les chancelleries qui espèrent que « peut-être rien ne changera ». Les prises de position se veulent rassurantes.

En fait, l’occident s’est pris à son propre piège. La politique dite de « dialogue critique » et « d’engagement constructif » menée sous prétexte de favoriser l’émergence d’une faction réformiste en Iran, n’a fait que fortifier l’aile la plus ultra, faute de véritable modéré au sein de cette théocratie.

A force de fournir des gages, l’Europe a nourri le Bête immonde du fascisme religieux. Rappelons que concernant ces concessions, l’agence officielle IRNA rapportait dans une dépêche du 16 novembre 2002 : « l’UE a franchi des pas décisifs pour améliorer ses relations avec l’Iran, elle a mis le groupe des Moudjahidine du peuple sur la liste du terrorisme, a décidé d’ouvrir des discussions sur un accord de commerce et de coopération, a décidé de ne pas présenter de résolution à l’Assemblée générale de l’ONU critiquant la situation des droits de l’homme en Iran et a entamé les discussions pour encourager la coopération dans le secteur de l’énergie »

C’est dans ce dernier volet que les marchands de valeurs en Europe piétinent aujourd’hui. Les pays occidentaux ont adopté la politique de l’Autruche pour ne pas voir la réalité en face. D’après un analyste de l’Institut international des études stratégiques (IISS) à Londres, les Iraniens ont clairement fait savoir qu’ils rejetteraient des offres de coopération de l’Union européenne fin juillet-début août, s’ils n’obtiennent pas gain de cause sur leur droit à produire du combustible nucléaire.

Des sources des renseignements ont dit à l’AFP que l’Iran a mis en place un comité spécial chargé de camoufler les efforts pour retraiter plus tard le plutonium d’Arak et celui provenant d’une future centrale nucléaire de fabrication russe à Bouchehr. « Ce comité est en train de rassembler toute la documentation en un lieu sûr des archives de l’Etat », précise cette information.

Les pays occidentaux qui ont provoqué la situation actuelle en Iran par une politique irresponsable, veulent donc encore donner du temps à cette dictature religieuse. Ce sera au peuple iranien de payer une fois de plus le durcissement de la répression, mais cette fois, il n’en sera pas la seule victime.

Avant qu’il ne soit trop tard, les pays occidentaux feraient mieux de se ressaisir, d’abandonner les gages immoraux offerts aux mollahs intégristes. Pour commencer, ils devraient retirer de la lite terroriste la principale formation de la résistance iranienne.

Pour cela il faut peut être que d’abord l’Europe suive le seul conseil valable du président-assassin Ahmadinejad : « les pays européens doivent sortir de leur tour d’ivoire ».

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous