IranIran (actualité)Iran : Un négociateur iranien de premier plan accusé...

Iran : Un négociateur iranien de premier plan accusé de liens avec Halliburton

-

Iran Focus, Téhéran, 29 juillet – La justice iranienne a arrêté plusieurs cadres d’une compagnie de forage pétrolier privée pour avoir négocié avec le géant pétrolier Halliburton et un haut négociateur nucléaire est accusé d’implication dans une escroquerie pétrolière, a rapporté une agence semi-officielle.

L’agence de presse Fars a dit que Mehrdad Safdari, PDG d’Oriental Oil Kish, et plusieurs de ses collègues sont interrogés sur les affaires de la compagnie.

Un membre de premier plan de l’équipe de négociation nucléaire iranienne, Cyrus Nasseri, est le directeur général de la compagnie pétrolière. L’agence de presse a dit qu’une « source bien informée » a vivement critiqué « les instances politiques et de sécurité » iraniennes pour leur « incapacité flagrante » d’empêcher Nasseri de négocier avec Halliburton.

« Les autorités doivent être particulièrement vigilantes sur l’ampleur des activités de certains responsable du pays », a-t-il dit. La source notait que « Nasseri avait accès aux informations les plus secrètes du pays en tant que membre de l’équipe de négociation nucléaire et qu’en même temps il négociait directement avec la compagnie américaine Halliburton qui a été dirigée par Dick Cheney. »

Oriental Oil Kish, une des plus grandes compagnies pétrolière privées iraniennes, a été créée en 2003 avec un capital initial de 10 millions de tomans. En quelques semaines, le capital de la compagnie est passé à 200 millions de dollars pour soudain bondir à sept milliards de dollars, une augmentation surprenante de 700 % en moins d’un an.

« Le judiciaire enquête sur cette compagnie depuis six mois et après avoir collecté suffisamment d’informations et mené des enquêtes complémentaires, les poursuites ont commencé », écrit l’agence Fars, qui est proche du guide suprême l’ayatollah Ali Khameneï.

On compte parmi les autres cadres supérieurs inculpés, le directeur exécutif Mohammad Madani, son sous-directeur Ali Matine Nejati, et le directeur des opérations Ahmad Salari.

Le journal Keyhan a rapporté que les enquêteurs avaient découvert un million de dollars en liquide au domicile d’un des cadres arrêtés. « Des personnalités puissantes ont exercé des pressions pour obtenir sa libération, mais le chef du judiciaire Mahmoud Chahroudi a insisté qu’il fallait poursuivre l’enquête », a indiqué le quotidien, ajoutant qu’il découvrirait « la chaîne de corruption et de détournement. »

Oriental Oil Kish est d’abord apparue sur les écrans radars internationaux en janvier, quand il a annoncé que la compagnie avait sous-contracté le projet de forage de Pars Sud à Halliburton Products and Services enregistré aux îles Caïmans.

« Nasseri, un haut diplomate iranien négociant avec l’Europe sur le programme nucléaire controversée de l’Iran, est au cœur des accords avec les compagnies américaines pour développer l’industrie pétrolière du pays » écrivait le Financial Times.

Le jour suivant, Halliburton annonçait que le projet de champ gazier de Pars Sud serait son dernier en Iran.

Mais la controverse sur le négociateur nucléaire signant un contrat pétrolier avec le géant américain du pétrole ne s’est pas éteinte en Iran. Les députés radicaux ont demandé à interroger Nasseri à ce sujet et un journal influent de Téhéran a rapporté que le ministère du pétrole confiait des contrats de plusieurs millions de dollars à l’Oriental Oil Kish, alors que la plus grande partie des opérations de la compagnie n’existaient que sur le papier.

« Cette compagnie a gagné des contrats de plus de 500 millions de dollars du ministère du pétrole ces trois dernières années alors qu’elle n’est même pas enregistrée en Iran », écrivait le journal Kayhan dans un éditorial le 20 janvier 2005.

En fait Oriental Oil Kish a été montée par des entrepreneurs et des autorités proches de Rafsandjani, dont Nasseri est lui-même un protégé.

Les enquêteurs ont souligné que le centre opérationnel de la compagnie est à Dubaï dans un petit bureau avec sept employés, pour la plupart indiens. Ses deux bureaux dans la rue Vali-Asr et la rue Africa ne porte aucun signe et emploient environ 15 personnes. La lettre à entête de la compagnie ne comporte aucune adresse et ne présente qu’un numéro de téléphone.

Les analystes voient dans la mesure judiciaire contre la compagnie une attaque frontale du camp ultra sur les affaires pétrolières de Rafsandjani et de ses alliés. Ahmadinejad après son arrivée à la présidence avait juré de « purger l’industrie pétrolière du pays de l’influence de la mafia et de la corruption ». Cela avait été interprété comme une allusion à peine voilée à l’implication de son rival Rafsandjani dans les compagnies pétrolières privées en Iran.

« En visant les compagnies pétrolières privées dirigées par le clan Rafsandjani, Khameneï vise la jugulaire de l’ancien président », estime Ahmad Nassehi, un analyste financier basé à Dubaï. « Rafsandjani a perdu le plus gros de sa frappe politique durant l’élection. Si on s’en prend aussi à son pouvoir économique, il sera mis hors jeu pour de bon. »

Les analystes disent que les poursuites judiciaires contre l’Oriental Oil Kish montreront jusqu’à quel degré le nouveau gouvernement veut lancer sa campagne de lutte contre la corruption.

7,062FansLike
1,157FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous