IranIran (actualité)UBS dit rompre avec tous ses clients en Iran

UBS dit rompre avec tous ses clients en Iran

-

Iran Focus, Zurich, le 22 janvier 2006 – La banque Suisse UBS coupe ses relations avec tous ses clients iraniens à cause des coûts élevés des règles internationales, a dit un porte-parole dimanche, ajoutant que cette décision n’était pas motivée par des considérations politiques.

« Nous avons commencé à nous désengager de la relation clientèle avec nos intermédiaires en Iran en automne dernier », a dit le porte parole d’UBS Serge Steiner.

« Cette décision s’applique à toutes nos filiales et à toutes les caisses régionales d’UBS dans le monde », il a ajouté.

Séparément, une source proche de la compagnie a dit que la sixième banque au monde coupait aussi ses relations avec ses clients syriens, UBS n’a pas voulu faire de commentaires sur ce sujet.

La nouvelle tombe deux jours après que l’Iran – en conflit avec l’Occident sur son programme nucléaire – ait dit qu’il transférait ses capitaux détenus à l’étranger afin de les protéger de possibles sanctions de l’ONU.

Le ministère des affaires étrangères iranien a démenti dimanche que les devises étrangères aient été transférées, contredisant les déclarations du gouverneur de la banque centrale iranienne, Ebrahim Sheibani.

L’Iran détient 1.4 milliards de francs suisse en actifs dans les banques suisses, selon les données de la banque centrale. La grande partie de cet argent se trouve dans les deux plus grandes banques, UBS et Crédit Suisse.

UBS et Crédit Suisse ont refusé de faire des commentaires vendredi sur leurs rapports avec leurs clients en Iran.

Monsieur Steiner d’UBS a dit que la décision de se retirer d’Iran a été prise après avoir découvert les coûts élevés de conformité à cause de l’incertitude des régulations et de sécurité, qui ne seront pas compensé par les bénéfices des affaires faites dans ce pays.

Steiner a dit que la décision n’a pas été faite afin de protéger les relations avec les Etats-Unis où la banque réalise une grande partie de son chiffre d’affaires et qui est un des adversaires les plus coriaces de Téhéran dans l’arène politique international.

« Ce n’est pas une décision politique. C’est seulement une décision économique qui prend en compte plusieurs facteurs », a-t-il dit.

7,062FansLike
1,161FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous