IranIran (actualité)L’Iran face aux émeutes du carburant

L’Iran face aux émeutes du carburant

-

Libération, 29 juin – Par Raja Khelifi – Le régime a décidé de rationner l’essence à 100 litres par mois. Le calme semble pour l’instant revenu à Téhéran, après des émeutes sans précédent dans la nuit de mardi à mercredi, suscitée par la décision du gouvernement de rationner l’essence. Des ­files de voitures longues de ­plusieurs kilomètres étaient ­visibles, hier, devant des stations de la capitale iranienne pour faire le plein.

La veille, douze stations-ser­vice avaient été brûlées par des automobilistes quelques heures après l’annonce surprise de la mise en vigueur immédiate du rationnement.

Ce dernier, prévu pour durer quatre mois, n’accorde que 100 litres d’essence par vé­hicule et par mois et 800 litres aux taxis officiels. Plusieurs dizaines de personnes ont été arrêtées par la police lors d’une brusque poussée de ­fièvre prise très au sérieux par le régime. Durant les émeutes, les autorités ont ainsi bloqué les réseaux de SMS pour éviter la propagation de la contes­tation. Elles ont également interdit à la presse de diffuser des informations sur ces événements.

Proche du président Mahmoud Ahmadinejad, le quotidien Kayhan a accusé «la mafia du trafic d’essence» d’avoir provoqué les attaques contre les stations-service . Le journal modéré Kargozaran a, quant à lui, regretté que la police, débordée par les émeutes, «n’ait pas été informée de la ­date de démarrage du ration­nement».

«Le gouvernement était censé prévenir la population 24 heures avant le début du plan», a souligné Esmaïl Ahmadi Moqhadam, le chef de la police.

Malgré ses énormes réserves d’hydrocarbures, l’Iran, quatrième producteur mondial, dispose d’une capacité de raffinage limitée, et importe 40 % de ses besoins en carburant – un détail qui a son impor­tance alors que l’ONU menace de renforcer ses sanctions découlant des ambitions nucléaires de Téhéran.

L’Iran n’est pas un cas isolé. D’autres gros producteurs de pétrole sont contraints d’importer des produits dérivés du brut : le Nigeria, premier producteur africain, doit ainsi ­importer près de 100 % de ses produits raffinés car aucune des quatre raffineries du pays n’est en état.
Elu en 2005, Ahmadinejad avait promis de «mettre l’argent du pétrole sur la table des Iraniens» . Une promesse qu’il n’a pas tenue. Mercredi, des automobilistes hurlaient: «Ahmadinejad doit être tué!» Hier soir, des députés iraniens réclamaient un réexamen des quotas d’essence.

7,062FansLike
1,166FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous