IranIran (actualité)Iran: des sanctions affecteraient peu les entreprises françaises

Iran: des sanctions affecteraient peu les entreprises françaises

-

AFP, Paris, 4 octobre – D’éventuelles sanctions commerciales de la France et de l’Europe contre l’Iran auraient un impact limité sur les entreprises françaises, peu implantées dans le pays à l’exception de Total et Renault.

« Les implantations capitalistiques françaises sont peu nombreuses (une quinzaine) et remontent souvent à l’ancien régime », avant 1979, relève dans une note Ubifrance, l’Agence française pour le développement international des entreprises.

Les entreprises françaises implantées en Iran exercent principalement dans le secteur pétrolier et les biens d’équipement, notamment automobile.

Le géant français Total est ainsi présent dans le pays, où se trouvent les troisièmes réserves prouvées de pétrole au monde.

Mais Total produit seulement 20.000 barils équivalent pétrole par jour en Iran, sur une production totale de 2,35 millions. Cela « ne représente même pas 1% de la production de Total: si on passe à 0, ce n’est pas une bonne nouvelle, mais ça ne change pas la face des choses », tempère une analyste d’une banque française.

Des sanctions à l’égard de Téhéran pourrait toutefois compromettre la participation du groupe français dans Pars LNG, un important projet de gaz naturel liquélifié (GNL).

Le ministre iranien du Pétrole Gholam Hossein Nozari a ainsi averti à plusieurs reprises que le projet pourrait être confié à des sociétés iraniennes, en réponse aux menaces françaises de sanction.

Mais cet investissement est quoi qu’il en soit déjà menacé, parce que l’estimation de son coût « a doublé », explique l’analyste d’un courtier.

L’autre grand groupe français présent, Renault, a investi environ 300 millions d’euros pour produire des voitures à bas prix Logan au travers d’une coentreprise. Renault Pars rassemble le constructeur français (51%), la Société pour le développement et la modernisation de l’industrie iranienne (Idro), dépendant du ministère de l’Industrie, ainsi que les constructeurs iraniens Iran Khodro et Saïpa.

Cependant, « les investissements ont déjà été faits pour la production et la commercialisation de Logan », qui porte dans le pays le nom de Tondar 90, souligne Renault.

Présent depuis 27 ans en Iran, Peugeot ne produit pas directement mais « fournit les pièces à (son) partenaire » iranien Iran Khodro, qui fabrique les voitures (405 et 206), indique le directeur général de Peugeot Frédéric Saint-Geours.

Plusieurs entreprises ont anticipé les difficultés et déjà réduit leur présence. Dans le parapétrolier, Technip souligne qu’il n’a pas investi en Iran depuis des années et que ses projets doivent tous être finalisés avant la fin de l’année. Son carnet de commande est limité à 28 millions de dollars.

Chez BNP Paribas, les activités consistent essentiellement à accompagner des clients entreprises sur place, notamment dans le domaine du financement. Et « nous réduisons depuis quelque temps nos activités en relation avec l’Iran », souligne la banque française.

Quant aux PME, leur part est très minoritaire « en raison des spécificités du contexte iranien », selon Ubifrance: elles sont dissuadées d’investir par la bureaucratie et l’image instable du pays.

Les échanges avec l’Iran représentent seulement 0,5% du commerce extérieur de la France, avec moins de 2 milliards d’exportations en 2006. L’Iran est le 34e client de la France et son 33e fournisseur.

7,062FansLike
1,165FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous