IranIran (actualité)Koweït accueille Bush en ami, mais craint une action...

Koweït accueille Bush en ami, mais craint une action militaire contre l’Iran

-

AFP, Koweit, 10 janvier – Allié fidèle des Etats-Unis, auxquels il doit sa libération en 1991 de l’occupation irakienne, le Koweït accueille vendredi le président George W. Bush en ami, mais avec des craintes concernant les intentions américaines vis-à-vis de l’Iran.

Le Koweït est la première des quatre monarchies du Golfe au programme de la tournée régionale de M. Bush, qui a débuté mercredi en Israël avant de se poursuivre en Cisjordanie. Elle s’achèvera en Egypte.

Dans une déclaration publiée jeudi par l’agence officielle Kuna, le ministère koweïtien de l’Intérieur a précisé avoir pris « toutes les mesures de sécurité nécessaires pour la visite afin d’assurer la sécurité du pays et de toutes ses installations essentielles ».

Dès son arrivée dans l’après-midi, M. Bush évoquera avec l’émir, Cheikh Sabah Al-Ahmad Al-Sabah, la controverse à propos du programme nucléaire iranien, le processus de paix au Proche-Orient et le sort des quatre derniers Koweïtiens détenus à Guantanamo.

Les Koweïtiens éprouvent encore une immense gratitude envers les Etats-Unis pour leur action à l’époque de l’ex-président George Bush, père de l’actuel président, Washington ayant mis sur pied et conduit la coalition internationale qui mit fin à sept mois d’occupation par l’armée de Saddam Hussein.

L’ancien président Bush avait été accueilli en héros et couvert de cadeaux lorsqu’il avait visité l’émirat en 1993 après son départ de la Maison Blanche.

Depuis lors, les relations bilatérales se sont renforcées, notamment dans le domaine militaire, les deux pays ayant signé un pacte de défense, qui court jusqu’en 2012, par lequel les Etats-Unis garantissent la sécurité de l’émirat.

Le Koweït a aussi dépensé plusieurs milliards de dollars pour l’acquisition de matériel militaire américain destiné à rééquiper ses forces armées.

Le mois dernier, le Pentagone a informé le Congrès de son intention de vendre au Koweït des équipements et des armes pour une valeur de 1,36 milliard de dollars, afin d’améliorer le système de défense antimissiles « Patriot » déployé dans l’émirat.

Le Koweït abrite l’une des plus grandes bases militaires américaines dans la région, le Camp Arifjan, où sont stationnés en permanence environ 15.000 soldats.

L’émirat avait servi de base principale pour l’invasion de l’Irak en mars 2003 par une coalition menée par les Etats-Unis qui renversa le régime de Saddam Hussein.

Aujourd’hui encore, le pays sert pour le transit des troupes qui vont ou reviennent d’Irak.

Mais à l’instar des autres monarchies du Golfe qui dépendent de Washington pour leur protection, le Koweït craint que M. Bush essaie d’obtenir le soutien des pays de la région à une action militaire contre l’Iran.
De hauts responsables koweïtiens, dont les ministres de la Défense et des Affaires étrangères, ont plusieurs fois affirmé que le Koweït n’autoriserait pas les Etats-Unis à utiliser son territoire pour une éventuelle attaque contre Téhéran.

Les dirigeants koweïtiens, qui entretiennent de bonnes relations avec l’Iran, ont constamment plaidé pour un règlement pacifique de la crise entre l’Occident et Téhéran au sujet du programme nucléaire iranien.

A Jérusalem, le président Bush a menacé mercredi l’Iran d’une riposte militaire en cas d’agression, trois jours après un dangereux face-à-face dans les eaux stratégiques du détroit d’Ormuz.
Cette rhétorique inquiète les Koweïtiens, y compris l’homme de la rue.

Sur le plan bilatéral, le ministre des Affaires étrangères, cheikh Mohammad Al-Sabah, a indiqué mercredi au Parlement que son pays allait soulever la question des quatre Koweïtiens détenus depuis cinq ans par les Américains à Guantanamo.

Les Etats-Unis ont déjà libéré huit autres Koweïtiens de Guantanamo. Jugés par des tribunaux koweïtiens pour avoir combattu les forces américaines en Afghanistan, tous ont été acquittés.

M. Bush sera le deuxième président américain en exercice à visiter le Koweït après Bill Clinton en 1994.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous