IranIran (actualité)Douze personnes meurent en Iran après avoir consommé de...

Douze personnes meurent en Iran après avoir consommé de l’alcool frelaté

-

5AFP, 30 novembre 2008 – Douze personnes sont mortes après avoir consommé de l’alcool frelaté à Bandar Abbas, ville portuaire du sud de l’Iran, où la consommation d’alcool est strictement interdite, a rapporté l’agence officielle IRNA.

"Pour l’instant, 92 personnes intoxiquées après avoir bu de l’alcool (frelaté) se sont manifestées", a expliqué Farsheed Abedi, directeur de l’université médicale de la province de Hormuzgan.

Soixante-neuf personnes ont été hospitalisées, dont 12 sont mortes, a-t-il ajouté. "Neuf personnes hospitalisées sont dans le coma, dont six sont dans un état critique, et deux sont devenues aveugles", a-t-il dit. Vingt-trois autres ont reçu des soins mais n’ont pas nécessité d’hospitalisation.

Un précédent bilan faisait état jeudi de quatre morts.

Les personnes intoxiquées "après avoir bu de l’alcool contenant du méthanol, ce qui détruit les cellules nerveuses", ont commencé à se manifester mardi, a ajouté M. Abedi, démentant que l’alcool en cause ait été servi lors d’un mariage comme cela avait été rapporté.

Le colonel Asghar Qotbzadeh, haut responsable de la police de Hormuzgan, cité par IRNA a affirmé que cinq personnes soupçonnées d’avoir distribué cet alcool avaient été arrêtées, mais il ne les a pas identifiées.

Ce n’est pas la première fois que ce genre d’incident se produit en Iran, où la production et la consommation d’alcool sont totalement interdites, sauf pour les minorités chrétiennes reconnues, comme la minorité arménienne. Celle-ci est autorisée à produire et consommer de l’alcool, dans la discrétion pour ne pas offenser les musulmans.

En avril 2007, 10 personnes sont mortes après avoir bu de l’alcool de fabrication artisanale dans la ville sainte de Qom, au sud de Téhéran.

En mai 2006, 15 personnes avaient succombé pour les mêmes raisons à Sirjan (sud), de même que 22 personnes en juin 2004 à Shiraz (sud).

La production, la vente ou la consommation d’alcool sont passibles de prison ou de coups de fouets en Iran, ce qui n’empêche pas d’importantes quantités d’alcool d’entrer en contrebande.

L’alcool fait maison est beaucoup moins cher, mais les bouilleurs de cru utilisent parfois des produits chimiques dangereux pour la santé.

7,062FansLike
1,163FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous