IranIran (actualité)Iran: la révolution antimollahs

Iran: la révolution antimollahs

-

Le Figaro: Edito par Pierre Rousselin –   Née avec les élections truquées de juin dernier, la contestation iranienne est en train de prendre une ampleur qui menace la survie même du régime des mollahs.
 
Le décès, le 20 décembre, de l’ayatollah réformateur Hossein Ali Montazeri, incarnation du courant religieux progressiste, a donné un second souffle au mouvement de protestation et en a élargi la portée. Il ne s’agit plus de dénoncer tel ou tel dirigeant, mais bien de remettre en cause la légitimité de la République islamique.
 
Avec l’enterrement de l’ayatollah Montazeri, la colère a gagné la ville sainte de Qom, faisant irruption dans les rues de cette cité traditionnelle, pilier du régime clérical.
 
Comme lors de la révolution conduite par l’ayatollah Khomeyni, il y a trois décennies, les manifestations ont acquis leur propre dynamique, épousant le calendrier des fêtes chiites, comme celle, hier, de l’Achoura, dont la célébration ne saurait être interdite.
 
La marée verte n’est plus seulement l’expression d’une classe moyenne frustrée par une direction rétrograde. Elle échappe à ses chefs de file, gagne l’ensemble du pays et ne trouve, pour toute réponse, que la brutalité sans scrupule des forces de sécurité. L’information étant contrôlée, il est difficile de connaître le bilan exact des affrontements.
 
Mais, comme ce fut le cas en juin avec les images de l’agonie de la jeune Neda, la mort de nouveaux « martyrs » ne peut qu’exacerber la révolte populaire. Dans ce pays chiite où le culte des morts est si important, chaque enterrement est l’occasion de braver une fois de plus le pouvoir. Ce phénomène, qui avait tant contribué, il y a trente ans, à la chute du chah, est à nouveau à l’œuvre, cette fois contre les héritiers de Khomeyni.
 
Alors que l’ultimatum fixé par les États-Unis à l’Iran à propos de son programme nucléaire est censé expirer avec la fin de l’année, la contestation intérieure est plus que jamais un élément de l’équation. Les Occidentaux ne semblent pas pressés d’adopter de nouvelles sanctions que ni la Russie ni la Chine ne sont prêtes à soutenir. Il en est peut-être mieux ainsi.
 
Même si le régime islamique, de plus en plus militarisé, fait tout pour en finir avec l’opposition, sa survie n’est plus garantie. Il n’est plus tout à fait impossible que la révolution antimollahs triomphe avant que l’Iran ne parvienne à maîtriser l’arme nucléaire.

7,062FansLike
1,165FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous