IranIran (actualité)Iran : six manifestants de l’Achoura ont été condamnés...

Iran : six manifestants de l’Achoura ont été condamnés à mort

-

Iran Focus : Redoutant la révolte de la Fête du Feu, le procureur de Téhéran Abbas Jafari Dolat-Abadi, a annoncé  à la veille  de la Fête du Feu que « six prévenus de la journée de l’Achoura (27 décembre) ont été condamnés à mort ». Il a également lancé des menaces pour dissuader la population de participer à la Fête du feu qui se déroulera aujourd’hui.

Il a déploré les « slogans déviants et la poursuite des rassemblements sans raison et quotidiens sous prétexte de contester le régime », avant d’ajouter que le système judiciaire avait adopté une « politique sévère et ferme pour s’occuper des individus qui descendent dans la rue pour s’en prendre aux fondements du régime ». Il a souligné que ce système « après les événements de l’Achoura a intensifié les recherches et les arrestations ».

Dans une démonstration de force pour couvrir les faiblesses et les crises internes du régime, il a ajouté : « Aujourd’hui, le système islamique en pleine possession de sa puissance et de son autorité a remis à sa place les opposants et les protestataires et le peuple ne permet plus que ces incidents se reproduisent dans le pays. »

Ces derniers jours, les jeunes de divers quartiers de Téhéran ont commencé à célébrer l’avènement de la Fête du Feu en allumant des feux de joie et des pétards dans l’après-midi et jusque tard dans la nuit. Certains jeunes ont affronté les forces du régime, alors que sur la place Vanak ils ont brûlé des affiches du guide suprême des mollahs, Ali Khamenei.

Parmi d’autres initiatives, les jeunes ont couvert de graffitis murs, billets et sièges d’autobus appelant à participer à la Fête du Feu. Ils ont également distribué des tracts à cet effet dans les villes de Racht, Tabriz et Chiraz.

A Ahwaz le 15 mars, dans le sud-ouest du pays, les agents ont intensifié leurs mesures répressives en réponse aux activités des jeunes. Ils ont arrêté des jeunes sur de fausses accusations et les ont emprisonnés en disant aux familles que personne ne sera libéré avant la fin des vacances du Nouvel An persan (début avril).

En vêtements noirs et léopard et portant des casques masquant le visage, la garde spéciale anti-émeute sillonne les rues et les places de la ville d’Ahvaz, surtout les zones de la jonction Khorramchahr, Kian Pars, Amanieh, Kamplou et Golestan.

7,062FansLike
1,163FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous