IranIran (actualité)L'opposition syrienne défend son autonomie

L’opposition syrienne défend son autonomie

-

DOHA, 26 mars 2013 (AFP): Par Wissam KEYROUZ  – L’opposition syrienne a défendu mardi, devant le sommet arabe de Doha où elle a obtenu le siège de Damas, son autonomie face aux ingérences extérieures et demandé plus de soutien pour contrer le régime de Bachar al-Assad ébranlé de deux ans de révolte mais toujours en place.

A l’ouverture des travaux, l’émir du Qatar, cheikh Hamad ben Khalifa Al-Thani, a invité le chef de la Coalition nationale syrienne, Ahmad Moaz Al-Khatib, et le Premier ministre intérimaire Ghassan Hitto à siéger aux côtés des chefs d’Etats arabes, ce qu’ils ont fait sous les applaudissements.

Le drapeau de la révolution syrienne a remplacé celui du régime de Damas dans la salle où s’est ouvert ce rendez-vous annuel des chefs d’Etat arabes.

Dans son discours, l’émir du Qatar a appelé à « une solution politique en Syrie, à condition qu’elle n’implique pas un retour en arrière », excluant ainsi le maintien du régime de Bachar al-Assad.

Il a justifié l’octroi du siège de la Syrie, resté vacant depuis sa suspension en novembre 2011, à l’opposition par « la légitimité populaire dont elle jouit en Syrie et du soutien dont elle bénéficie à l’extérieur ».

Salué en tant que « seul représentant des forces révolutionnaires et d’opposition de la Syrie » par le chef de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, M. Khatib s’est livré à un plaidoyer passionné devant la réunion au sommet.

Il a demandé un « soutien sous toutes les formes » aux rebelles syriens, une référence aux fourniture d’armes auxquelles résistent certaines puissances occidentales, mais défendu l’autonomie de l’opposition syrienne.

M. Khatib a appelé « les pays frères et amis » à aider sa Coalition à « occuper le siège de la Syrie à l’Onu et dans les organisations internationales ».

Parallèlement, il a assuré avec force qu’il revenait au « seul peuple syrien de choisir celui qui le dirigera, et la manière dont il sera gouverné », affirmant qu' »aucun pays étranger ne le fera à sa place ».

« Le peuple syrien refuse tout mandat », a-t-il martelé soulignant que « l’opposition ne vendra pas son pays » au moment où Damas l’accuse d’être manipulée par des pays comme le Qatar ou l’Arabie saoudite.

C’est le Qatar, hôte du sommet, qui a fait pression pour donner à la Coalition le siège de la Syrie, en dépit de réserves de l’Irak et de l’Algérie.

 

7,062FansLike
1,165FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous