IranNucléaireL'Iran promet de "résister" aux sommations internationales

L’Iran promet de « résister » aux sommations internationales

-

AFP, Téhéran, 9 août – L’Iran a dit mardi sa détermination à poursuivre les activités nucléaires ultra-sensibles reprises la veille sans se laisser impressionner par une réunion en urgence de l’agence onusienne de non-prolifération ni un éventuel recours au Conseil de sécurité.
« Est-ce que nous devons accepter l’humiliation, accepter les sanctions des autres, voire nous sanctionner nous-mêmes, ou bien résister ? Je crois que nous devons résister », a dit le ministre de la Défense Ali Chamkhani devant la presse, quelques heures avant une session extraordinaire de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), prévue à 13H00 GMT.
« Nous ne ferons pas marche arrière (…), pas un seul instant », a-t-il insisté.
Les 35 membres du Conseil des gouverneurs, l’exécutif de l’AIEA, devaient se réunir à Vienne pour décider des suites à donner au redémarrage de l’usine de conversion d’Ispahan (centre).
L’Iran, rendu suspect par 18 années de dissimulations, a bravé la réprobation occidentale en reprenant la conversion, préalable à l’enrichissement d’uranium.
Pour un responsable du département d’Etat américain, la réponse « appropriée serait un renvoi » devant le Conseil de sécurité de l’Onu.
L’initiative iranienne ouvre une « crise grave » et la communauté internationale doit se montrer « unie », a dit le chef de la diplomatie française Philippe Douste-Blazy.
Les Etats-Unis et l’Europe pressent à présent l’Iran de revenir à une suspension totale de ces activités, qui produisent le combustible pour les centrales civiles, mais peuvent être détournées à des fins militaires.
L’AIEA devrait émettre un ultimatum en ce sens plutôt que de décider dès à présent de saisir le Conseil de sécurité.
Avant la réunion de l’Agence, Européens et Américains ont mis une sourdine à cette menace.
Mais ils ont signifié par le passé que plus de deux ans de querelle nucléaire serait vidée devant le Conseil de sécurité si les Iraniens persistaient.
L’Iran a répondu que sa décision était « irréversible » et a invoqué un droit qui lui est reconnu par le Traité de non-prolifération.
Il a rejeté comme « inacceptables » des propositions de coopération nucléaire, commerciale et politique que lui a soumises l’UE3 (Allemagne, France, Grande-Bretagne) en contrepartie d’un renoncement à l’enrichissement.
Après l’excitation qui a présidé lundi au redémarrage d’Ispahan, les officiels iraniens paraissaient absorbés par les consultations préalables à une session de l’AIEA qui s’annonçait tendue. La remontée en puissance d’Ispahan semblait elle se poursuivre.
Ali Chamkhani, qui n’est pas aux avant-postes du nucléaire, était dans la matinée le seul à s’exprimer.
Il a jugé « probable » que l’affaire se termine finalement devant le Conseil de sécurité. « Que vont-ils faire » au Conseil de sécurité, « nous imposer des sanctions ? Nous sommes déjà sous le coup de sanctions », a-t-il dit.
Il a réaffirmé la nature purement civile du programme nucléaire national.
Cependant, a-t-il prévenu, « si, un jour, les installations nucléaires iraniennes sont attaquées, nous mettrons de côté tous nos engagements nucléaires ».
Le président américain George W. Bush a refusé d’exclure un recours à la force pour empêcher l’Iran de se doter de l’arme nucléaire. Mais M. Chamkhani a jugé peu probable une telle éventualité.
L’AIEA est saisie du dossier iranien depuis 2003. Les Européens s’y sont jusqu’alors opposés aux Américains sur un recours au Conseil de sécurité, préférant la solution négociée. Mais ce sont eux qui ont fait convoquer d’urgence le Conseil des gouverneurs il y a quelques jours à l’annonce de la décision iranienne.
La presse conservatrice iranienne relevait, à l’instar de Kayhan, que « l’Iran a tenu parole », en reprenant la conversion. « La prochaine étape, c’est Natanz », et la reprise de l’enrichissement à proprement parler, titrait Jomhouri Eslami. « Nous avons gagné », éditorialisait le quotidien ultra-conservateur. « La seule possibilité d’entente avec les Européens, c’est qu’ils reconnaissent notre droit », écrivait Ressalat.
La reprise de la conversion se disputait la une des journaux avec la victoire de l’Iran contre les Etats-Unis dans une compétition internationale de jeunes volleyeurs.

7,062FansLike
1,158FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous