IranNucléaireL’Iran a fait des milliers de centrifugeuses, violant ses...

L’Iran a fait des milliers de centrifugeuses, violant ses engagements, selon des exilés

-

Bloomberg, New-York, 18 août – Par Alex Morales – L’Iran a continué de produire des centrifugeuses qui sont utilisées dans le processus d’enrichissement d’uranium, en infraction avec l’accord passé en novembre 2004 avec la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne pour suspendre toutes ces activités, a déclaré l’opposition en exil, le Conseil national de la Résistance iranienne.

L’Iran ce mois-ci a retiré les scellés des Nations Unies sur les équipements utilisés pour l’enrichissement de l’uranium de son site d’Ispahan, après avoir rejeté une offre d’avantages technologiques et économiques de la troïka européenne en échange de l’arrêt de ses activités de conversion. Même durant la suspension supposée, l’Iran a continué de faire des centrifugeuses, a dit le CNRI dans une conférence de presse à Londres aujourd’hui.

« Dans plusieurs lieux secrets, y compris de nombreux sites autour de Téhéran, le régime travaille sans répit à la fabrication de centrifugeuses », a dit à la presse Hossein Abedini, membre de la commission des affaires étrangères du CNRI. « Des milliers de ces machines ont déjà été construites et sont prêtes à l’usage », dans un travail qui « n’a pas cessé ces derniers mois ».

Les Américains accusent l’Iran de poursuivre un programme d’armes nucléaires. Adam Ereli, porte-parole adjoint du département d’Etat, a dit la semaine dernière à Washington qu’une saisine de l’Iran par le Conseil de Sécurité de l’ONU pour des sanctions sera la « prochaine étape ». L’Iran n’a cessé de répéter que son programme nucléaire a un but pacifique. Personne n’a répondu aux appels faits au ministre iranien des affaires étrangères aujourd’hui.

Le CNRI a par le passé révélé des informations sur les activités nucléaires de l’Iran qui se sont révélées vraies. Le groupe en août 2002 avait dit que l’Iran construisait en secret des installations nucléaires à Natanz et à Arak. L’Iran a admis l’existence de ces installations lors d’une visite dans la république islamique en février 2003 des autorités de l’Agence international de l’énergie atomique.

Des compagnies écrans
Le régime iranien a également monté un « réseau massif de compagnies écrans » pour dissimuler les activités liées au nucléaires, a dit Abdeini. Il a nommé des compagnies, en indiquant que certaines étaient situées à Ispahan et à Téhéran. Il a nommé cinq responsables qu’il dit être impliqués dans la production de centrifugeuses. Toutes les informations, obtenues de personnes travaillant dans divers services gouvernementaux ont été transmises à l’AIEA, a-t-il ajouté.

« Nous examinons ceci juste comme nous le faisons avec toutes les informations », a indiqué le porte-parole Mark Gwozdecky, le porte-parole de l’AIEA dans une interview à Vienne où est basée l’agence. « Nous suivrons toutes les pistes crédibles. »

L’agence surveille le site d’Ispahan en Iran, où les travaux ont repris ce mois-ci dans les premières étapes de conversion d’uranium. Le processus mène à l’enrichissement de l’uranium, qui peut être utilisé dans des centrales d’énergie ou des armes nucléaires.

Le plutonium

Le régime religieux iranien, dirigé par l’ayatollah Ali Khameneï, « est incliné à » se doter d’armes nucléaires et continue de produire du plutonium à Arak, et il travaille aussi à des projets de fabrication d’ogive nucléaires, de fuselage et d’initiateur à neutrons, a déclaré Abedini.

Les centrifugeuses tournent à une vitesse supersonique et peuvent enrichir le gaz d’hexafluorure d’uranium, qui peut servir aux armes atomiques. Selon les termes de son accord avec l’UE, l’Iran avait dit qu’il cesserait de fabriquer et d’importer des centrifugeuses à gaz.

Le Conseil national de la Résistance iranienne a été fondé en juillet 1981 pour s’opposer à la république islamique d’Iran. Il comprend des groupes comme les Moudjahidine du peuple, l’organisation des Guérilleros Fedayines du peuple d’Iran, et des Professeurs engagés des Université iraniennes et des Ecoles supérieures. Son siège se trouve à Auvers-sur-Oise, dans le nord de Paris.

7,062FansLike
1,156FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Alors que les manifestations se poursuivent, le régime iranien se délite

Le monde a été captivé par la bravoure et la résistance des manifestants iraniens, en particulier les jeunes générations...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous