IranNucléaireIran : août, le mois crucial

Iran : août, le mois crucial

-

Le Figaro, Paris, 19 août – PAR THÉRÈSE DELPECH * – La période estivale n’est pas une parenthèse pour tout le monde. Quand les inspecteurs de l’AIEA sont arrivés le 8 août en Iran, ils ont été amenés directement sur le site d’Ispahan pour poser de toute urgence les caméras et autres moyens de surveillance préalables à la reprise des activités de conversion de l’uranium. Ce fut l’occasion de deux surprises. La première fut celle des inspecteurs, qui ont généralement besoin de trois jours pour procéder à ce type d’opérations, et qui pensaient ne rien faire de décisif avant le Conseil des gouverneurs qui se réunissait le lendemain à Vienne. Il leur a fallu se rendre à l’évidence : les Iraniens étaient vraiment très pressés. Pourquoi donc ? On pouvait se le demander à bon droit, car le seul réacteur iranien, à Boucheir, a une alimentation en combustibles assurée pour plus de dix ans grâce aux deux contrats signés avec la Russie en février 2005. La reprise fiévreuse de cette conversion, menée tambour battant, pouvait donc difficilement avoir une justification civile. La seconde surprise, assez désagréable, était pour les Européens chargés de la négociation de découvrir à cette occasion que la toute première étape de la conversion pouvait reprendre sans que les scellé ne soient brisés.

Contrairement à leur attente, il n’y avait pas de scellés sur les premiers équipements remis en fonctionnement ! Des explications ont été demandées à Vienne. Les réponses n’ont pas été aussi claires que les questions.

C’est dans cette situation que le Conseil des gouverneurs s’est tenu la semaine dernière. Le fait de la reprise étant accompli, il appartenait aux trente-cinq gouverneurs de tirer les conséquences d’une situation dont ils pouvaient d’autant mieux apprécier la gravité que le dossier iranien est leur plat de résistance, depuis l’automne 2002. La résolution adoptée montre qu’ils ont décidé, volens nolens, peu importe, de faire jouer le temps en faveur de l’Iran. Ils n’ont en effet produit qu’une énième demande de restauration de la suspension, assortie d’une requête au directeur de l’AIEA de présenter un rapport complet sur la mise en oeuvre des garanties de l’agence pour le 3 septembre. Au cas où l’Iran n’obtempérerait pas, rien n’était prévu par le texte.

Il faut aussi s’interroger sur la date tardive du rapport demandé à l’AIEA, car les machines d’Ispahan tournant depuis le 8 août de façon continue, c’est une véritable «course contre la montre» qui est engagée. Cette expression avait été utilisée dans une interview accordée au Figaro par Pierre Goldschmidt le jour où il a quitté ses fonctions de directeur des garanties à l’AIEA. Pourquoi l’avait-il fait ? Pour une raison très simple. La conversion est certes une étape précoce du cycle du combustible, puisqu’elle précède l’enrichissement, mais c’est le point le plus vulnérable du programme iranien, car la localisation de l’usine d’Ispahan est connue, et il n’y a très probablement pas d’installation clandestine de ce type sur le territoire iranien. En revanche, une fois la conversion terminée, les produits pourront être stockés dans des tunnels découverts par l’AIEA, mais non déclarés par l’Iran, et l’étape suivante, celle de l’enrichissement, est beaucoup plus difficile à contrôler, car l’existence de centrifugeuses assemblées de façon clandestine sur un site non identifié est l’hypothèse de travail de tous ceux qui suivent le dossier iranien.

Cette hypothèse a été rendue publique à deux reprises : la première fois, quand les révélations du colonel Kadhafi en décembre 2003 ont permis d’identifier un réseau international d’origine pakistanaise ayant vendu différents éléments nécessaires à un programme nucléaire militaire non seulement à la Libye, mais à d’autres pays, dont l’Iran. Téhéran a dû reconnaître en février 2004 qu’il avait acquis auprès d’Islamabad les plans de centrifugeuses beaucoup plus sophistiquées que celles qui avaient été déclarées à l’AIEA antérieurement. Qu’avait fait l’Iran avec ces plans depuis 1995 ? La question n’a toujours pas de réponse, mais au début de l’année 2004, juste avant une inspection de l’AIEA, six bâtiments étaient rasés sur le site de Lavizan, et la terre était creusée de plusieurs mètres pour empêcher les prélèvements. Des centrifugeuses clandestines ont pu s’y trouver avant d’être déménagées ailleurs.

La seconde fois où l’hypothèse d’un parc de centrifugeuses clandestin a été rendue publique a eu lieu tout récemment, dans une interview du principal négociateur iranien du précédent régime, Hassan Rohani. Faisant le bilan de son action, il y prétend que les négociations avec les Européens ont permis à l’Iran de gagner un temps précieux pour avancer en toute tranquillité dans un certain nombre de secteurs clés, et d’assembler en particulier «un grand nombre de centrifugeuses». Or ceci n’est pas du tout conforme à ce que connaît l’AIEA, qui ne compte que 164 centrifugeuses opérationnelles. Des explications ont peut-être été demandées à Téhéran sur cette déclaration surprenante, mais alors ce fut fait avec une extrême discrétion. Le négociateur iranien avouait pourtant une violation caractérisée de l’accord de Paris.

Aujourd’hui, la question se pose ainsi : de combien de temps l’Iran a-t-il besoin pour sa campagne de conversion ? L’estimation est d’un mois et demi environ. Au terme de cette période, l’Iran disposera de plus de soixante tonnes d’hexafluorure d’uranium, qui pourront être enrichies par Téhéran au nom de son prétendu «droit» à l’enrichissement, «droit» qui n’est nullement garanti par le TNP, surtout pour un pays qui viole ses engagements et le tour sera joué. L’Iran aura suffisamment d’uranium 235 pour plusieurs têtes nucléaires, qui ont déjà leurs vecteurs d’armes. Certes, ceci suppose que des progrès importants ont été faits en matière de vectorisation. Mais il semble justement que tel soit bien le cas : d’après un article récent du Wall Street Journal, les services occidentaux seraient en possession d’informations détaillées sur ce sujet, dont ils ont même fait part à l’AIEA en juillet.

La saisine éventuelle du Conseil de sécurité ne pose donc pas essentiellement la question de savoir comment réagiront les différents membres permanents. Elle pose surtout celle de la date de la saisine. Le transfert à New York ne peut intervenir avant le début du mois de septembre. Le sommet de l’ONU consacré à la réforme de l’institution doit se tenir peu après. Un sujet aussi important ne doit pas être «pollué» par l’affaire iranienne. Rien ne sera donc fait avant la fin septembre. Il sera alors trop tard pour brandir des menaces qui aient un sens pour Téhéran, quelle que soit la détermination des différents acteurs. L’Iran aura donc sa bombe, et tous ceux – Européens, Russes et Américains – qui ont déclaré que ceci était «inacceptable» devront faire face aux conséquences de leur choix d’août 2005.

* Chercheur associé au Ceri, publie en octobre prochain L’Ensauvagement. Le retour de la barbarie au XXIesiècle (Grasset).

7,062FansLike
1,157FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous