IranNucléaireAIEA: début d'une réunion cruciale sur l'Iran

AIEA: début d’une réunion cruciale sur l’Iran

-

AFP, Vienne, 21 septembre – Le conseil des gouverneurs, l’exécutif de l’AIEA, a commencé pour la première fois mercredi à discuter d’un renvoi éventuel du dossier iranien au Conseil de sécurité de l’Onu, demandé par les Européens, ont indiqué des responsables de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

La Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne (UE3) s’emploient à convaincre le conseil des gouverneurs de l’AIEA, qui compte 35 membres, réuni depuis lundi à Vienne, de saisir le Conseil de sécurité, en accusant Téhéran d’avoir « violé » ses obligations en matière de non-prolifération, notamment en reprenant la conversion d’uranium.

Le vice-président iranien Gholamreza Aghazadeh a de son côté rencontré dans la matinée les représentants de la Russie, de la Chine et de non-alignés, pays qui s’opposent tous au projet de l’UE3.
Les explications de l’Iran sur son programme « auront, je pense, un impact sur les membres du conseil des gouverneurs », a-t-il dit à des journalistes.

Face à la possibilité d’un transfert à New York, l’Iran a agité des menaces sur ses obligations contractuelles et sur la restriction de livraisons pétrolières à des pays hostiles.

M. Aghazadeh, qui est également chef de l’agence nucléaire iranienne, a cependant précisé que son pays ne voulait pas se retirer du Traité de non prolifération nucléaire (TNP), au lendemain de menaces en ce sens à Téhéran.

« C’est un malentendu. Quitter le TNP n’est pas à l’ordre du jour de la République islamique d’Iran », a-t-il déclaré à des journalistes à Vienne.
Mardi le responsable iranien chargé des négociations sur le dossier nucléaire », Ali Larijani, avait dit que l’Iran pourrait sortir du cadre du TNP, et en tout cas de son protocole additionnel », et reprendre l’enrichissement d’uranium, dont la conversion est une étape.

L’Iran est membre du TNP, qui impose des obligations de garanties en matière de non-prolifération militaire nucléaire. Il a signé mais pas ratifié le protocole additionnel qui permet des inspections surprises et plus poussées.

Interrogé sur les menaces iraniennes, le directeur de l’AIEA Mohamed ElBaradei, a déclaré à l’AFP: « Il faut vivre avec ça (…) Il est très difficile de prédire ce que sera le processus. J’espère toujours que l’on reviendra à la table de négociations ».

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous