IranNucléaireIran : « le Conseil de Sécurité ne nous...

Iran : « le Conseil de Sécurité ne nous fait pas peur »

-

Reuters, Téhéran, 8 novembre – Mardi, le négociateur iranien en charge du dossier nucléaire a déclaré que les menaces de renvoyer le dossier de l’Iran devant le Conseil de Sécurité des Nations Unies pour d’éventuelles sanctions ne les effrayaient pas au point d’abandonner leur programme nucléaire.

« Le Conseil de Sécurité n’intimide pas du tout l’Iran. Nous ne prenons pas ces menaces au sérieux », a soutenu Ali Laridjani, secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale de l’Iran, devant les journalistes.

« L’Iran n’abandonnera pas son droit face aux menaces du Conseil de Sécurité. »

Téhéran dément les accusations des États-Unis selon lesquelles le programme nucléaire servirait à fabriquer des bombes atomiques.

Washington et l’Union Européenne ont prévenu l’Iran à plusieurs reprises qu’il serait envoyé devant le Conseil de Sécurité, s’il n’acceptait de se conformer à la résolution de septembre de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). Ils lui ont également recommandé d’améliorer sa coopération avec les inspecteurs des Nations Unies et de geler toute activité de fabrication de combustible nucléaire.

Le conseil de l’AIEA devrait se réunir une fois de plus dans le mois afin de discuter du dossier de l’Iran.

L’AIEA a félicité l’Iran pour sa collaboration ces dernières semaines, en particulier pour avoir permis aux inspecteurs de visiter un complexe militaire près de Téhéran.

Laridjani a de plus écrit officiellement à la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne pour leur demander la reprise des négociations nucléaires interrompues en août. L’U.E. a rétorqué que l’offre de l’Iran était à l’étude.

« Nous voulons montrer que nous avons utilisé toutes les voies diplomatiques possibles pour protéger le droit de la nation iranienne », a déclaré Laridjani à la presse après avoir participé à une conférence à Téhéran. « Il serait sage pour les Européens d’utiliser toutes les voies diplomatiques possibles pour résoudre la question nucléaire de l’Iran », a-t-il dit.

LA DECLARATION DE L’U.E. CONTESTEE

Cependant, l’Iran a refusé de stopper ses activités de conversion de l’uranium à son usine de transformation d’Ispahan, qui a rouvert au mois d’août et qui, d’après les diplomates de l’U.E., représente le plus grand obstacle à de nouvelles discussions.

« Ils (l’U.E.) peuvent essayer de soumettre l’affaire au Conseil de Sécurité. Mais je pense qu’ils sont suffisamment sages pour constater que la situation telle qu’elle est aujourd’hui est différente de celle du passé », a avancé Laridjani.

« La déclaration de l’U.E. a été une surprise. Nous conseillons aux Européens de changer leur comportement vis-à-vis de l’Iran », a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires Etrangères, Hamid Reza Assefi, à la télévision nationale.

Mardi, le ministre iranien des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki, a tenu une réunion à huis clos avec les ambassadeurs de tous les pays de l’U.E. et les membres du conseil de l’AIEA.

Laridjani a également contesté la déclaration de l’U.E. qui condamne « en termes non équivoques » les propos du président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, le mois dernier selon lesquels Israël devait être « rayé de la carte ».

« Je ne suis pas d’accord avec certains articles de ce communiqué, particulièrement ceux sur les droits humains en Iran », a soutenu Larijani. « S’ils croient que c’est en mettant la pression sur l’Iran qu’ils nous forceront à abandonner les droits de la nation iranienne, ils se trompent. »

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jack Straw, a déclaré lundi que l’U.E. n’avait pas encore discuté des sanctions au cas où l’Iran ne se soumettait pas à la résolution de l’AIEA.

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous