IranNucléaireLe ministre des Affaires Étrangères russe opposé à des...

Le ministre des Affaires Étrangères russe opposé à des sanctions contre l’Iran

-

Iran Focus, Londres, 17 janvier – Mardi, le ministre des Affaires étrangères russe, Sergei Lavrov, a déclaré que des sanctions n’étaient pas le meilleur moyen de résoudre le problème de la menace nucléaire iranienne.

« Les sanctions ne sont en aucun cas le meilleur et l’unique moyen de résoudre les problèmes internationaux », aurait dit Lavrov aux journalistes lors d’une conférence de presse, selon l’agence ITAR-TASS.

« La Russie est déterminée à être plus juste dans sa politique concernant la question nucléaire iranienne et à éviter toutes mesures brusques susceptibles d’aggraver la situation », a avancé le ministre des Affaires étrangères russe.

« La Russie se tiendra prête à assister à la réunion d’urgence du conseil des gouverneurs de l’AIEA les 2 et 3 février, comme convenu à Londres, afin de discuter de mesures éventuelles relatives à la reprise du travail de recherche dans plusieurs sites nucléaires iraniens auxquels l’AIEA avait auparavant interdit l’accès », a-t-il dit, en référence au meeting lundi dans la capitale britannique des représentants des cinq membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies et de l’Allemagne.

Il a affirmé que pendant la réunion de lundi, les six États « ont exprimé leur inquiétude face à la décision de l’Iran de reprendre la recherche scientifique dans son usine nucléaire et ont souligné l’importance primordiale du retour de l’Iran à la table des négociations ».

« Pendant cette réunion à Londres, tous les partis ont exprimé leur inquiétude concernant les activités d’enrichissement d’uranium de l’Iran en dépit de tous les appels lancés par la communauté internationale pour que le pays y renonce. »

« Téhéran avait accepté avec l’AIEA un moratoire sur tous les types de travaux relatifs à l’enrichissement d’uranium », a-t-il rappelé.

Lundi, environ 200 Iraniens exilés se sont rassemblés devant le ministère des Affaires étrangères britannique, où la réunion entre les six États avait lieu, afin de demander que le dossier nucléaire du régime iranien soit renvoyé devant le Conseil de Sécurité de l’ONU pour que lui soit imposé un embargo total sur le pétrole.

Les Iraniens, tous partisans du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), ont brandi des drapeaux tricolores iraniens et des bannières où l’on pouvait lire « Expulsez les mollahs de l’ONU » et « Un changement démocratique par la résistance iranienne ».

Les manifestants ont remis au ministère des Affaires étrangères une pétition exposant leurs arguments.

Hossein Abedini, membre de la commission des affaires étrangères du CNRI, a déclaré : « Les Iraniens ne veulent pas d’une invasion militaire étrangère. En outre, ils pensent que l’Occident doit mettre fin à sa politique d’apaisement absurde vis-à-vis du régime des mollahs ».

« Nous nous faisons entendre aujourd’hui la voix du peuple iranien pour dire au monde qu’il existe une troisième option, celle proposée par Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne : la communauté internationale doit soutenir le peuple iranien et sa résistance afin d’amener un changement démocratique en Iran », a-t-il affirmé.

7,062FansLike
1,161FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous