IranNucléaireNucléaire : Ahmadinejad dédaigne les avantages proposés par l’UE

Nucléaire : Ahmadinejad dédaigne les avantages proposés par l’UE

-

Reuters, 18 mai – De Christian Oliver – Accepter les incitations de l’UE qui demande que l’Iran cesse de produire du combustible nucléaire reviendrait à échanger des bonbons contre de l’or, a déclaré le président iranien Mahmoud Ahmadinejad mercredi.

La Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne (les trois principales puissances de l’Union Européenne) envisagent d’offrir un réacteur à eau légère à l’Iran dans le cadre d’une série de mesures visant à inciter Téhéran à geler son programme d’enrichissement d’uranium, qui selon l’Occident revêt une dimension militaire.

« Ils disent qu’ils veulent offrir des avantages aux Iraniens, mais ils pensent qu’ils sont en train de parler à un enfant de quatre ans et qu’ils peuvent lui donner des bonbons ou des noix et lui prendre son or en échange », a déclaré Ahmadinejad devant une foule depuis la ville d’Arak, dans le centre du pays.

C’est à Arak que l’Iran construit un réacteur nucléaire à eau lourde en dépit de l’opposition des pays occidentaux, soucieux que le sous-produit de plutonium de l’usine soit utilisé dans des têtes nucléaires.

« L’Iran n’acceptera aucune suspension ou gel (de ses travaux nucléaires) », a-t-il ajouté dans un discours diffusé en direct à la télévision nationale.

L’UE désire la fin des travaux sur le combustible nucléaire de l’Iran comme unique garantie crédible que le pays ne fabrique pas d’armes atomiques. Téhéran insiste sur le fait qu’il a besoin de combustible uniquement pour alimenter ses centrales.

« Nous vous avons fait confiance il y a trois ans et avons accepté la suspension, mais malheureusement, cela s’est avéré être une expérience amère dans l’histoire de l’Iran. Nous n’allons pas tomber deux fois dans le même piège », a affirmé Ahmadinejad.

L’Iran a suspendu ses travaux d’enrichissement d’uranium en 2003 dans un geste de bonne volonté alors que le pays tentait de forger une solution diplomatique à l’impasse dans laquelle se trouvaient les négociations avec la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne.

Mais la diplomatie a échoué et l’Iran a redémarré ses travaux sur le combustible nucléaire en août l’année dernière.

RETRAIT DU TNP ?

Ahmadinejad a assuré que la pression sur l’Iran au sujet de son programme nucléaire pourrait produire des réactions inverses. « Ne forcez pas les gouvernements et les nations signataires du Traité de Non-prolifération nucléaire à se retirer », a-t-il dit.

Les hauts diplomates du trio européen et le chef du bureau de la politique étrangère de l’UE, Javier Solana, doivent maintenant discuter de leur offre à l’Iran avec leurs homologues américains, russes et chinois à Londres la semaine prochaine, et non vendredi comme c’était prévu.

« Nous ne nous sommes pas encore mis d’accord sur la série de mesures », a affirmé le sous-secrétaire d’Etat américain, Nicholas Burns, à Reuters. « Elle est en cours de développement et nous allons probablement nous rencontrer en Europe la semaine prochaine pour en parler. Je vais me rendre à Londres pour ces discussions. »

Un diplomate européen participant aux négociations sur l’Iran a déclaré mardi que les 3E et Solana avaient l’intention d’offrir à Téhéran un réacteur à eau légère à condition qu’il suspende l’enrichissement.

Les experts nucléaires estiment que les réacteurs à eau légère sont plus difficilement utilisables pour fabriquer des armes que les centrales à eau lourde, comme celle en construction à Arak.

Le trio européen a d’abord proposé d’offrir à l’Iran la technologie de l’eau lourde en 2005 après deux ans de pourparlers. A l’époque, les Iraniens avaient répondu que l’offre manquait d’incitations spécifiques.

Les diplomates européens ont expliqué que la nouvelle offre serait plus précise, en partie parce qu’ils pouvaient compter sur le soutien entier des Etats-Unis.

Mais ils ont bien fait comprendre qu’il y avait peu de chances que l’Iran accepte et qu’ils avaient l’intention avant tout de démontrer aux sceptiques tels que la Russie et la Chine que l’Occident n’essaie pas de priver l’Iran de l’énergie nucléaire civile.

7,062FansLike
1,166FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous