IranNucléaireLes "Six" restent divisés sur l'Iran

Les « Six » restent divisés sur l’Iran

-

Reuters, 24 mai – Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’Onu plus l’Allemagne, réunis mercredi à Londres pour affiner l’offre destinée à amener l’Iran à renoncer à ses activités nucléaires sensibles, ne sont pas venus à bout de leurs divergences, malgré quelques progrès, fait savoir la Grande-Bretagne.

Le département d’Etat américain a par ailleurs annoncé que Téhéran avait récemment sollicité l’ouverture de négociations bilatérales avec les Etats-Unis, ajoutant que Washington n’avait pas l’intention de s’écarter de l’approche multilatérale.

A l’issue de la réunion de Londres, le ministère britannique des Affaires étrangères a fait état de progrès encourageants, tout en indiquant qu’une nouvelle rencontre serait nécessaire.

« Les directeurs politiques vont maintenant rendre compte dans leurs capitales, notamment d’une proposition de rencontre à brève échéance entre ministres des Affaires étrangères pour prendre des décisions finales. Les préparatifs vont se poursuivre au cours des jours à venir », a déclaré un porte-parole du Foreign Office.

Les Etats-Unis, qui proposent de brandir la menace de sanctions internationales, se heurtent à l’opposition de Moscou qui refuse de s’écarter du registre diplomatique.

L’offre à l’étude semble quoi qu’il en soit vouée à l’échec, l’Iran ayant annoncé à plusieurs reprises que rien ne le ferait renoncer à la maîtrise du cycle nucléaire.

« LE TEST DE NOTRE ÉPOQUE »

« Utiliser l’énergie nucléaire est un droit de l’Iran », a répété mercredi le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, alors que le secrétaire général de l’Onu, Kofi Annan, a invité Téhéran à « dissiper le nuage d’incertitude » entourant son programme, lors d’un déplacement au Vietnam.

L’offre à laquelle travaillent les membres permanents du Conseil de sécurité et l’Allemagne comprendrait notamment la mise à disposition d’un réacteur à eau légère ainsi que la garantie d’un approvisionnement en combustible nucléaire. L’Iran pourrait ainsi se passer de la phase d’enrichissement, indispensable dans une optique militaire.

Ces dispositions seraient toutefois assorties de la menace de mesures de rétorsion en cas de refus. De source diplomatique, on indique que des sanctions ciblées, telles que la privation de visas pour les responsables du programme nucléaire, seront envisagées avant les sanctions commerciales.

Beaucoup plus efficaces seraient des négociations directes entre Téhéran et Washington, estiment certains européens, tout comme de nombreux experts et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) elle-même, selon lesquels une promesse de non agression de la part des Etats-Unis est le seul moyen de sortir de la crise.

C’est le message que Mohamed ElBaradeï, directeur général de l’AIEA, devait délivrer mercredi à Washington à la secrétaire d’Etat Condoleezza Rice, a-t-on indiqué de source proche de l’agence.

Le désir d’un dialogue direct avec les Etats-Unis est devenu manifeste ces dernières semaines à Téhéran, bien que le programme de recherches nucléaires reste non négociable, a-t-on ajouté.

Lui aussi de passage à Washington, le Premier ministre israélien a en revanche prôné la fermeté.

« Un Iran nucléarisé, c’est un Etat terroriste en mesure d’accomplir la mission essentielle pour laquelle les terroristes vivent et meurent: la destruction massive de vies innocentes », a déclaré Ehud Olmert à la tribune d’un Congrès particulièrement réceptif.

« Ce défi, qui est, je crois, le test de notre époque, l’Occident ne peut pas se permettre de ne pas le relever. L’Histoire jugera notre génération à travers nos actions d’aujourd’hui », a-t-il ajouté.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous