IranNucléaireUn jeu de jambes intelligent dans la danse diplomatique

Un jeu de jambes intelligent dans la danse diplomatique

-

The Times, 7 juin – De Bronwen Maddox , rédacteur en chef pour l’étranger – La dernière offre du monde à l’Iran (une offre intelligente), a suscité la réponse la plus civile que Téhéran ait pu donner en un an.

Il serait faux de la qualifier d’avancée décisive ou même d’en espérer une. Le mieux que l’on puisse espérer serait de gagner du temps avec Téhéran : plusieurs mois, voire des années, pendant lesquels ce pays promet de freiner ses ambitions nucléaires.

Les pays qui se sont chargés de marchander avec Téhéran pour qu’il s’écarte de ses objectifs provocateurs devraient considérer cette danse perpétuelle comme une cible désirable. Les événements d’hier nous en ont rapprochés.

A Téhéran lundi matin, Javier Solana, responsable de la politique étrangère de l’Union Européenne, a tendu une botte de carottes à l’Iran pour l’attirer dans le royaume de la diplomatie.

Cette série de mesures a été définie vendredi à Vienne par les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies (les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France, la Chine et la Russie) ainsi que l’Allemagne, qui est intimement impliquée dans le conflit depuis que les dissidents ont dévoilé le programme clandestin de l’Iran il y a quatre ans.

Pour que l’Iran reçoive une quelconque de ces récompenses, il doit suspendre ses travaux les plus controversés, l’enrichissement d’uranium, qui peut produire du combustible pour des réacteurs mais qui peut également servir à la fabrication d’armes. Depuis l’élection l’été dernier d’un gouvernement radical, le pays a redémarré ses travaux en adoptant une attitude de plus en plus antagoniste. En concevant cette offre, les USA et l’UE avaient le regard tourné vers le sommet du G8 réunissant les leaders les plus puissa nts du monde le 15 juillet à St Petersbourg. Ils veulent soutirer des concessions iraniennes et montrer à la Chine et à la Russie que leur attitude n’est pas raisonnable.

La Chine et la Russie ont des liens importants avec les industries énergétiques de l’Iran et protègent ce pays ainsi que ces intérêts dans les pourparlers nucléaires. Mais leur patience avec Téhéran a clairement atteint ses limites.

Les mesures incitatives les plus importantes dans cette nouvelle offre sont proposées par les Etats-Unis :

• Les USA pourraient offrir de fournir à l’Iran de la technologie nucléaire s’il stoppait l’enrichissement d’uranium. Ceci représenterait un retournement significatif de la politique des Etats-Unis qui accepteraient que l’Iran poursuive un programme nucléaire pacifique.

• Une offre des Etats-Unis de pièces d’avions Boeing afin de réparer la flotte civile vieillissante de l’Iran, qui détient un des pires records d’accidents d’avion dans le monde.

• Une offre de participation américaine directe dans les négociations, comme l’a annoncé Condoleezza Rice, secrétaire d’Etat, la semaine dernière. Ce serait la première fois depuis des décennies que l’Amérique dialogue directement avec l’Iran.

Les principaux autres éléments sont européens et comprennent :

• Une aide à la construction de réacteurs à eau légère

• Des avions Airbus

• Un approvisionnement garanti en combustible nucléaire.

Solana a également averti Téhéran que s’il refusait de se soumettre, des sanctions seraient appliquées. Il a refusé d’en donner le détail, y compris pour les sanctions de l’ONU, afin de préserver cette atmosphère « positive », selon des hauts responsables.

Les liens commerciaux extensifs entre l’Iran et un grand nombre de pays européens, dont la France, l’Allemagne et l’Italie, rendent la possibilité de sanctions économiques lourdes très mince. Les responsables de l’UE tiennent également à souligner que toutes les pénalités viseraient à épargner les Iraniens ordinaires. Mais des sanctions ciblant les secteurs de l’énergie ou de la finance sont possibles.

Sam Bodman, secrétaire américain à l’Energie, a soutenu Solana, en disant hier que le monde pourrait faire face à une interruption des exportations iraniennes « pendant un moment ». L’Iran est le quatrième exportateur de pétrole au monde, après l’Arabie Saoudite, la Russie et les USA. Il fournit 5 pourcent de la production quotidienne mondiale mais détient 10 pourcent des réserves connues. Dimanche, l’ayatollah Ali Khamenei, le guide suprême de l’Iran, a déclaré que le pays stopperait ses exportations de pétrole si les Etats-Unis faisaient un « mauvais pas ».

Hier, après que l’Iran ait qualifié ces nouvelles propositions de « positives », le prix du pétrole a baissé de 1 $ pour atteindre 72 $ le baril, comparé à la montée en flèche jusqu’à 75 $ le baril en avril.

Ali Larijani, haut négociateur dans les pourparlers nucléaires, a affirmé que les discussions avaient été constructives et que les « propositions comprenaient des points positifs mais aussi quelques ambiguïtés ».

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous