IranNucléaireL'Iran exclut une réponse rapide à l'offre des grandes

L’Iran exclut une réponse rapide à l’offre des grandes

-

AFP, Madrid, 7 juillet – Le négociateur en chef iranien, Ali Larijani, a exclu vendredi à Madrid une réponse rapide à la proposition de coopération des six grandes puissances sur son programme nucléaire, tout en qualifiant positivement ses contacts avec les Européens.

« Le calendrier déterminé par les autres n’influe pas sur ce que nous faisons », a déclaré M. Larijani, interrogé sur la possibilité que Téhéran réponde avant le prochain sommet du G-8 (les 15-17 juillet à Saint-Pétersbourg) à l’offre de coopération présentée par six pays (France, Grande-Bretagne, Allemagne, Etats-Unis, Russie, Chine) en échange de la suspension par l’Iran de son programme d’enrichissement d’uranium.

Le diplomate en chef de l’UE, Javier Solana, a qualifié de « bon début » le dîner de travail qu’il a eu jeudi soir à Bruxelles avec M. Larijani, même si Téhéran refuse de dire s’il va accepter l’offre des grandes puissances.

MM. Solana et Larijani doivent se retrouver à Bruxelles mardi pour une rencontre élargie aux représentants de quatre des six pays à l’origine de l’offre de coopération.

M. Larijani a qualifié de « fructueux et constructif » son entretien avec le Haut représentant de l’Union européenne (UE) pour la politique extérieure.

Quant à l’offre des Occidentaux, il a assuré que Téhéran « travaillait sérieusement dessus depuis qu’elle a été présentée par M. Solana » le 6 juin, mais « avait besoin d’y consacrer le temps suffisant ». « Nous avons une vision positive de la proposition mais il existe des doutes à son sujet, que nous devons éclaircir par le dialogue », a dit M. Larijani.

« Je ne vois aucune raison pour être pessimiste », a-t-il encore ajouté.

Mohamed ElBaradei, directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), a déclaré vendredi à Ankara qu’il restait « amplement la place pour la négociation » sur le dossier nucléaire iranien.

L’offre de coopération est subordonnée à la suspension par Téhéran de toutes activités d’enrichissement d’uranium, dont la communauté internationale redoute qu’elles ne cachent un programme militaire.

Les dirigeants iraniens refusent jusqu’ici de suspendre ces activités, assurant qu’elles n’ont que des objectifs civils.

Les grandes puissances les pressent de donner « une réponse substantielle » avant le sommet du G8 de Saint-Pétersbourg (Russie).

La porte-parole de M. Solana a indiqué que le but de la rencontre mardi sera de « commencer à créer les conditions » des négociations: « Nous devons nous mettre d’accord sur les termes de la négociation, sur le contenu (…), sur le calendrier, sur qui va négocier et aussi sur ce que doit faire chacun pour ces négociations: nous, nous ar
rêtons le processus au Conseil de sécurité de l’Onu et eux doivent arrêter l’enrichissement ».
Les Occidentaux n’ont pas caché qu’un rejet de leur offre par Téhéran relancerait l’étude de mesures contre l’Iran au sein du Conseil de sécurité de l’Onu. Mais la Russie et la Chine, qui y ont un droit de veto, sont opposées à des sanctions.

Vendredi à Madrid, le négociateur en chef iranien a qualifié de « très amicaux » ses entretiens avec le chef de la diplomatie espagnole, Miguel Angel Moratinos, le chef du gouvernement, José Luis Rodriguez Zapatero, ainsi qu’avec l’ancien chef du gouvernement socialiste espagnol Felipe Gonzalez.

Ali Larijani se rendra lundi à Rome, où il rencontrera le vice-Premier ministre italien et chef de la diplomatie, Massimo D’Alema, selon le ministère italien des Affaires étrangères.

Une réunion des ministres des Affaires étrangères des membres permanents du Conseil de sécurité de l’Onu (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne) et de l’Allemagne se tiendra le 12 juillet à Paris sur ce dossier.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous