IranNucléaireFelipe Gonzalez estime qu'il existe une "marge de négociation"...

Felipe Gonzalez estime qu’il existe une « marge de négociation » avec l’Iran

-

AFP, Madrid, 4 septembre – L’ancien chef du gouvernement espagnol Felipe Gonzalez, de retour d’un voyage en Iran, a assuré lundi dans une interview qu’il existe « une marge de négociation » avec Téhéran sur le nucléaire si les occidentaux renoncent à imposer des conditions préalables.

« Je crois qu’il existe une marge de négociation » avec l’Iran, a déclaré M. Gonzalez à la radio espagnole Cadena Ser, précisant avoir été invité à Téhéran à titre « personnel » par les autorités iraniennes.

L’ancien dirigeant socialiste espagnol a estimé que l’Iran faisait « valoir son droit » en refusant de suspendre son programme d’enrichissement d’uranium comme l’exigent les grandes puissances avant toute négociation.

« Ce qu’ils n’acceptent pas, c’est qu’on leur pose une condition préalable pour négocier, à savoir la suspension du processus d’enrichissement d’uranium, parce que le Traité de non-prolifération nucléaire ne les y oblige pas », a déclaré M. Gonzalez.

Mais « je pense que si la négociation s’engage, tout est envisageable, y compris une période de suspension (du programme d’enrichissement: ndlr) négociée entre les parties. Et qu’ensuite soient définies les bases d’une coopération en matière de développement du secteur nucléaire dans les limites d’un usage pacifique », a ajouté M. Gonzalez.

L’ancien dirigeant a réfuté, quelques jours après Washington, de récentes informations de presse en Espagne selon lesquelles il mènerait une médiation entre l’Iran et les Etats-Unis.

Il a notamment démenti une supposée « approbation implicite » de son voyage de la part de la secrétaire d’Etat américaine. « C’est faux, je n’ai jamais parlé du dossier nucléaire avec Condoleezza Rice », a-t-il dit, ajoutant avoir informé le gouvernement espagnol de son voyage mais ne représenter « personne ».

Le négociateur en chef iranien sur le nucléaire, Ali Larijani, avait eu un entretien privé avec M. Gonzalez le 7 juillet, en marge d’une visite officielle à Madrid.

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous