IranNucléaireSous la coupe conservatrice, l'Iran continue à créer l'angoisse...

Sous la coupe conservatrice, l’Iran continue à créer l’angoisse nucléaire

-

AFP: 14 décembre – Les conservateurs ont coupé court à l’expérience réformatrice en Iran, mais si les Occidentaux regardent avec inquiétude vers la République islamique, c’est par peur de la voir se doter de l’arme atomique, indépendamment des majorités politiques.
Sans fermer les yeux sur les droits de l’Homme, les Occidentaux se demandent surtout, pour les moins suspicieux, comment garantir que les progrès nucléaires de l’Iran ne dérivent pas pour se concrétiser sous des formes militaires, et, pour les Etats-Unis, comment faire cesser les opérations secrètes qui ont valu à la République islamique de se retrouver sur « l’axe du mal ».
L’Iran a livré toute l’année un bras de fer à la communauté internationale représentée par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).
Tout en proclamant que ses activités nucléaires visaient purement à produire de l’électricité, il a entretenu la suspicion par les dissimulations et les remises en cause de ses engagements jusqu’à frôler la sanction du Conseil de sécurité.
La publicité faite à l’avancement de son programme de missiles, capables de frapper Israël et peut-être d’emporter des charges nucléaires, n’a rassuré personne.
Il aura fallu la promesse d’un accord de coopération multiple de la part des Européens pour que les Iraniens consentent à suspendre leurs activités ultra-sensibles d’enrichissement d’uranium.
Ils ont ainsi échappé au Conseil de sécurité. Les Américains ne lâchent pas prise pour autant. Mais leurs soucis en Irak, voisin de la République islamique, ont dopé la confiance iranienne.
Les spéculations ont toujours cours sur des attaques préventives des Américains (ou des Israéliens) pour stopper la marche, irréfutable selon eux, des Iraniens vers l’arme atomique.
Les Iraniens, qui ont de nouveau multiplié les manoeuvres et les parades magnifiées par le 25e anniversaire de la Révolution islamique, ont prévenu qu’ils attendaient l’ennemi de pied ferme.
Les Américains les accusent d’oeuvrer à l’instabilité irakienne, de laisser les islamistes armés franchir leurs frontières, voire de les soutenir, en Irak, mais aussi dans les territoires palestiniens occupés.
Téhéran s’en défend âprement. Mais elle a explicitement mis en garde Washington contre sa capacité de nuisance.
Les Européens pressent les Américains d’apporter leur concours pour détourner les Iraniens de la tentation de la bombe. Mais le nouveau gouvernement Bush doit déterminer une stratégie iranienne plus concertée que la précédente.
Le soutien à l’opposition de l’intérieur fait partie des hypothèses. Il faudra compter avec des conservateurs qui ont remis la main sur tous les leviers du pouvoir en éliminant plus de 2.000 candidats réformateurs aux législatives pour s’assurer la victoire.
Les nouveaux députés ont remis en cause la libéralisation amorcée par les réformateurs, rejetant une loi sur l’égalité face à l’héritage et un article sur l’égalité des sexes. Ils ont réclamé également un droit le contrôle sur l’attribution de certains marchés à des sociétés étrangères.
Au même moment, on arrêtait à nouveau les femmes mal voilées, certes plus discrètement que par le passé. La justice ultra-conservatrice rendait un non-lieu dans l’affaire Zahra Kazemi, journaliste irano-canadienne tuée en détention. En septembre, elle frappait internet, malgré l’inquiétude exprimée par les Occidentaux devant la dégradation des droits fondamentaux en Iran.
Tandis que les Gardiens de la révolution, l’armée idéologique, monte en puissance au point de faire fermer d’autorité le nouvel aéroport de Téhéran, le président réformateur Mohammad Khatami et son gouvernement sont réduits à jouer les utilités.
Ils cèderont la place en 2005. Les conservateurs ont de nouveau proscrit une candidature féminine à la présidentielle. Et la victoire leur paraît promise.

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous