IranNucléaireBruxelles renoue mercredi les négociations commerciales avec l'Iran

Bruxelles renoue mercredi les négociations commerciales avec l’Iran

-

AFP, Bruxelles, 11 janvier – Les négociations sur un accord de coopération entre l’Union européenne et l’Iran vont reprendre mercredi à Bruxelles, à la suite de la promesse iranienne de suspendre ses activités d’enrichissement d’uranium, mais Bruxelles conditionne leur progression au respect par Téhéran de ses engagements politiques.
La Commission européenne et l’Iran reprendront mercredi leurs pourparlers en vue d’un accord commercial et de coopération, après une pause de dix-huit mois, a annoncé mardi la Commission européenne.
Ces pourparlers seront suivis jeudi à Bruxelles de « négociations liées au dialogue politique et au contre-terrorisme » qui ont lieu « en parallèle ».
Cette reprise du dialogue était attendue comme contre-partie de l’engagement de Téhéran de suspendre son programme d’enrichissement d’uranium et comme moyen de l’inciter à renoncer définitivement à de telles activités, susceptibles de lui fournir l’arme atomique.
Cette promesse avait été arrachée par trois grands pays européens, le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne. Les Etats-Unis se sont montrés jusqu’à présent très sceptiques sur cet accord.
L’accord avec le trio européen et la « vérification » par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AEIA) du caractère effectif de cette suspension ont permis la reprise du dialogue, a souligné la Commission.
Débutées en décembre 2002, les négociations UE-Iran avaient été interrompues en juin 2003, à la suite du refus de Téhéran de signer le protocole additionnel permettant à l’AIEA d’inspecter inopinément ses installations nucléaires.
« L’Iran peut espérer avoir une relation plus riche avec l’Union européenne dans la mesure où la communauté internationale peut être confiante dans le fait que son programme nucléaire n’a pas de visées militaires », a souligné la commissaire européenne aux Relations extérieures, Benita Ferrero Waldner.
Outre la libéralisation des échanges, l’accord commercial ouvrirait la voie à une adhésion de l’Iran à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), estime la Commission, alors que la candidature de Téhéran, soutenue par l’UE, bute sur le veto américain.
Téhéran, qui a vu une nouvelle fois en décembre dernier la porte de l’OMC se fermer, a appelé les Européens à l’aider à surmonter l’obstruction américaine.
Mais l’UE refuse de lui donner un chèque en blanc. « Les négociations commerciales seront menées parallèlement au dialogue politique » et « l’un ne peut aboutir sans l’autre », a prévenu la Commission européenne qui négocie au nom de l’UE.
L’Europe pourrait interrompre à tout moment les pourparlers si l’AIEA « modifiait substantiellement » sa position concernant le respect par Téhéran de ses engagements en matière nucléaire, a prévenu une source communautaire.
Bruxelles lie comme par le passé les pourparlers à quatre questions politiques : « le respect par l’Iran des droits de l’Homme, la sécurité dans la région du Proche-Orient, la lutte contre le terrorisme et contre les armes de destruction massive ».
Alors que Téhéran souhaite la conclusion rapide de l’accord, Bruxelles ne s’est engagé sur aucun calendrier précis. A la Commission, on se contente de souligner que des rencontres entre les deux parties auront lieu tous les deux mois, ou plus souvent si nécessaire.
L’accord devrait permettre « une coopération plus étroite » en matière d’énergie, de transports, de l’environnement, du contrôle du trafic de drogue, ainsi que de l’asile et de l’immigration, souligne Bruxelles.
Principale partenaire commercial de l’Iran, représentant 30% de son commerce extérieur et 40% de ses importations, l’UE entend faciliter par cet accord l’accès de son marché aux produits iraniens et obtenir en échange une baisse des droits de douanes iraniens sur ses exportations d’équipements de transports, de machines outils ou de produits chimiques.

7,062FansLike
1,155FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Alors que les manifestations se poursuivent, le régime iranien se délite

Le monde a été captivé par la bravoure et la résistance des manifestants iraniens, en particulier les jeunes générations...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous