IranNucléaireLe président iranien Mahmoud Ahmadinejad conspué à New York

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad conspué à New York

-

Le Figaro, 25 septembre – Par Jean-Louis Turlin – Le dirigeant controversé a « mobilisé » les médias et les manifestants sur le campus de Columbia, puis devant l’ONU.

« Le mal a atterri ». La manchette du Daily News en dit long : le sommet climatique avait beau regrouper 80 chefs d’État ou de gouvernement hier aux Nations unies, c’est la visite de Mahmoud Ahmadinejad qui a défrayé la chronique new-yorkaise jusqu’alors. La polémique avait commencé la semaine dernière, lorsque les autorités ont refusé à l’avance l’accès de Ground Zero au président iranien, qui voulait y déposer une gerbe (nos éditions d’hier). Elle s’est poursuivie hier à l’université Columbia, qui a déclenché un tollé en offrant une tribune à l’ennemi déclaré d’Israël.

À l’entrée du campus situé dans Harlem, les opposants tentaient de mobiliser les étudiants, trois heures avant la conférence-débat qui devait être retransmise dans la cour principale. C’est dans le calme, sinon l’indifférence, que l’on sortait exceptionnellement les cartes justifiant de l’inscription à l’université pour franchir le cordon de sécurité.

« L’HITLER IRANIEN VIENT À COLUMBIA ! »

« L’Hitler iranien vient à Columbia ! Stoppez Ahmadinejad ! » En distribuant les tracts de l’Organisation de défense juive , Mordecheit Levy expliquait que la meilleure riposte était entre les mains des anciens étudiants, dont les dons représentent un tiers du budget de l’établissement : « Si l’on donne l’argent ailleurs, on fait sauter le président de l’université. »

Lee Bollinger a dû défendre sa décision d’autoriser cette année ce qu’il avait refusé l’an dernier en invoquant des problèmes de logistique. Ahmadinejad a cette fois accepté le principe d’un débat contradictoire, et Bollinger s’est engagé à lui poser lui-même des questions sur son rejet de l’Holocauste et de l’État d’Israël. Mais le président de l’université a jeté de l’huile sur le feu en ne désavouant pas les propos de l’arbitre du débat d’hier, John Coatsworth, qui a déclaré que le Führer lui-même aurait dû pouvoir s’exprimer à Columbia.

C’est là le vrai débat : jusqu’où va la sacro-sainte liberté de parole ? John Shea et Reed Werner, deux anciens militaires de retour d’Irak, aujourd’hui étudiants de la Business School, estiment qu’elle est faite pour « profiter aux citoyens américains, pas aux dictateurs et tyrans étrangers ». Alana Adler, qui manifestait hier pour la première fois de sa jeune vie, dénonce pour sa part « l’hypocrisie » de l’université, qui invite Ahmadinejad mais ferme son campus aux recruteurs de l’armée américaine. Après Columbia, les manifestants se sont donné rendez-vous devant l’ONU, où le président iranien parlera aujourd’hui pour la troisième fois devant l’Assemblée générale.

7,062FansLike
1,162FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous