IranNucléaireBush et Merkel au Texas pour allier repos et...

Bush et Merkel au Texas pour allier repos et diplomatie

-

AFP, Crawford (Etats-Unis), 10 novembre – Le président américain George W. Bush recevait samedi la chancelière allemande Angela Merkel, arrivée la veille dans son ranch au Texas pour deux jours de discussions consacrées principalement à l’Iran et à l’Afghanistan, mais agrémentées de barbecues et peut-être d’une promenade.

M. Bush et Mme Merkel, qui fait partie des rares alliés reçus dans la propriété des Bush à « Prairie Chapel », ont prévu de tenir une conférence de presse conjointe dans la journée.

Ils devraient notamment y évoquer les efforts diplomatiques au sujet du programme nucléaire de l’Iran, que les Occidentaux soupçonnent d’être destiné à la fabrication de l’arme atomique.

« Au Texas, recevoir quelqu’un chez soi est une manifestation d’affection et de respect. Et c’est ce que je ressens envers la chancelière Merkel », a déclaré M. Bush, ajoutant qu’il comptait avoir des « discussions constructives tout en ayant l’occasion de se reposer » et de montrer le ranch à son invitée.

La secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice devait se joindre à eux pour évoquer le processus de paix au Moyen-Orient, les efforts pour stabiliser l’Afghanistan, l’avenir du Kosovo, la Birmanie et la crise politique au Liban.

Mme Merkel, qui a remercié son hôte pour son invitation à son arrivée en hélicoptère vendredi, a qualifié la propriété de son hôte d' »endroit merveilleux » avec « une atmosphère merveilleuse ». « Nous avons de nombreux sujets sur lesquels nous aurons, je pense, le temps de discuter », a-t-elle dit.

Soucieuse d’éviter les crispations, la Maison Blanche a mis en sourdine les critiques passées sur le refus de Berlin d’élargir la présence des forces allemandes en Afghanistan et a assuré que M. Bush allait chercher à dissiper les craintes d’une attaque contre l’Iran.

« Stratégiquement, nous sommes sur la même longueur d’onde. Tactiquement, il y a quelques légères différences », a déclaré vendredi le porte-parole du Conseil national de sécurité de la Maison Blanche, Gordon Johndroe, qui a minimisé la probabilité d’une avancée majeure.

Les deux leaders devaient faire valoir « la nécessité de continuer sur la voie diplomatique avec l’Iran », en dépit du ton belliqueux de Washington et des craintes d’une guerre alimentées par de nouvelles sanctions américaines contre la république islamique, a expliqué M. Johndroe.

« Je veux une solution diplomatique et ferai tout pour y arriver », avait déclaré de son côté la chancelière allemande dans le quotidien Berliner Zeitung mercredi.

L’Afghanistan, où quelque 3.000 soldats de la Bundeswehr sont déployés dans le nord du pays, fait aussi partie des sujets épineux, même si le porte-parole a refusé de réitérer les critiques américaines contre son partenaire allemand au sein de l’Otan, qui a refusé de déployer ses soldats dans le sud pour combattre l’insurrection talibane.

M. Bush devait aussi emmener Mme Merkel en promenade car « il aime emmener les visiteurs faire un tour et leur montrer le ranch », selon son porte-parole.

La visite de Mme Merkel clôt une semaine diplomatique intense pour M. Bush, qui a d’abord reçu le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan pour des discussions tendues consacrées à l’Irak, puis le président français Nicolas Sarkozy dont l’offensive de charme semble avoir séduit les Américains.

Les relations entre les Etats-Unis et l’Allemagne s’étaient nettement refroidies sous le mandat du prédécesseur de Mme Merkel, Gerhard Schroder, qui s’était fermement opposé à l’invasion de l’Irak en 2003.

Mais M. Bush est connu pour avoir un faible pour Mme Merkel, arrivée au pouvoir en novembre 2005 et qui avait partagé avec lui en juillet 2006 en Allemagne, dans sa circonscription électorale, un barbecue de sanglier.

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous