IranNucléaireNucléaire: l'Iran pas responsable de la déception de l'UE,...

Nucléaire: l’Iran pas responsable de la déception de l’UE, selon M. Jalili

-

AFP, Téhéran, 1 décembre – L’Iran n’est pas responsable de la déception exprimée par le diplomate en chef de l’Union européenne Javier Solana à l’issue de discussions sur la question du programme nucléaire iranien la veille à Londres, a déclaré samedi le négociateur iranien Saïd Jalili.

« Le fait est que nous avons défendu les droits de la nation iranienne, avons assuré remplir nos devoirs et que nous n’accepterons rien qui aille au-delà du Traité de non-prolifération nucléaire », a-t-il dit à la presse peu après son arrivée à Téhéran.

« Si certains sont déçus car ils ne peuvent priver l’Iran de ses droits naturels, alors c’est un autre problème », a déclaré M. Jalili. M. Solana n’avait pas caché sa déception vendredi à l’issue de sa rencontre avec le négociateur iranien.

« Je dois admettre qu’après cinq heures d’entretiens je m’attendais à plus et que je suis donc déçu », avait déclaré M. Solana dans une brève déclaration à la presse.

Téhéran affirme que son programme d’enrichissement d’uranium est purement pacifique. Mais les Occidentaux soupçonnent l’Iran de chercher à fabriquer l’arme atomique.

Un conseiller de M. Solana devait rendre compte de ces entretiens aux représentants des six grandes puissances impliquées dans les discussions sur le programme nucléaire iranien (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne, Allemagne), qui se retrouvent samedi à Paris.

M. Jalili a affirmé avoir mis en avant trois « bonnes idées » au cours de l’entretien avec M. Solana, soulignant que ce dernier avait demandé une telle initiative à Téhéran au cours de précédentes rencontres.

Ces idées portent sur « la coopération en matière de désarmement », « l’utilisation pacifique de l’énergie atomique » et « la prévention de la prolifération nucléaire en matière de défense ».

Téhéran a par le passé exhorté l’Occident à détruire ses propres arsenaux nucléaires afin de faciliter une résolution de la crise sur ses activités sensibles.

« Cette coopération s’inscrit dans le programme mis en place par M. Solana à la réunion de Lisbonne et il devrait être plus optimiste », a dit M. Jalili. Le diplomate espagnol avait rencontré en juin à Lisbonne le prédécesseur de M. Jalili, Ali Larijani, lors d’une réunion que les deux parties avaient jugée constructive.

Deux séries de sanctions ont déjà été votées par le Conseil de sécurité de l’ONU contre l’Iran, en raison de son refus de renoncer à ses activités nucléaires.

M. Solana doit rendre dans les prochains jours un rapport sur la coopération de l’Iran. Ce rapport, ainsi que celui du directeur de l’AIEA, Mohamed ElBaradei, rendu public mi-novembre, serviront de base aux discussions des grandes puissances, en vue d’éventuelles nouvelles sanctions.

L’Iran compte sur le soutien de la Chine et de la Russie au Conseil pour y échapper. Les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne n’excluent pas de nouvelles sanctions séparées.

A son arrivée à Téhéran samedi, M. Jalili a indiqué qu’il comptait se rendre à Moscou d’ici vendredi. Le chef de la diplomatie iranienne, Manouchehr Mottaki, a pour sa part écrit au secrétaire général de l’ONU pour demander que le Conseil de sécurité permette à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) de poursuivre son travail « loin des tensions », a rapporté samedi l’agence Irna.

« Le Conseil de sécurité (…) doit permettre à l’AIEA de poursuivre son travail dans un climat normal, apaisé, loin des tensions et des motivations politiques, sans faire attention aux conjectures politiques intéressées de quelques personnes dont l’incrédibilité et l’invalidité des propos ont été maintes fois prouvées », a écrit M. Mottaki à Ban Ki-moon.

7,062FansLike
1,157FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous