IranNucléaireNucléaire iranien: méfiance et craintes des monarchies arabes du...

Nucléaire iranien: méfiance et craintes des monarchies arabes du Golfe

-

AFP, Dubaï, 30 novembre – Les six monarchies arabes du Golfe, qui se réunissent en sommet lundi et mardi au Qatar, cachent de moins en moins leur méfiance à l’égard des ambitions nucléaires de l’Iran et redoutent que la crise actuelle ne conduise à un nouveau conflit armé dans la région.

Cette crise du nucléaire iranien sera l’un des principaux sujets à l’ordre du jour du sommet de Doha du Conseil de Coopération du Golfe (CCG), qui regroupe l’Arabie saoudite, Bahreïn, les Emirats arabes unis, le Koweït, Oman et le Qatar.

Ces six pays, qui voient d’un mauvais oeil que l’Iran devienne une puissance nucléaire régionale, « soutiennent les efforts pacifiques déployés pour régler la crise autour du nucléaire iranien, car toute escalade ne fera que compliquer la situation », a déclaré à l’AFP le secrétaire général du CCG, Aberrahmane Al-Attiya.

« J’invite solennellement toutes les parties, dont l’Iran, à faire valoir le langage de la raison et du dialogue, loin des confrontations et des escalades », a-t-il ajouté en référence au bras de fer entre les pays occidentaux et Téhéran autour du programme d’enrichissement d’uranium que l’Iran refuse de suspendre, malgré deux résolutions du Conseil de sécurité de l’Onu.

Les Occidentaux soupçonnent l’Iran de vouloir utiliser cette technologie pour se doter de l’arme nucléaire, ce que Téhéran nie.

Les dirigeants des pays arabes du Golfe ont longtemps évité d’exprimer publiquement leurs doutes sur les intentions iraniennes.

Mais dans une interview début novembre à des journaux britanniques, le prince héritier de Bahreïn, cheikh Salman ben Hamad Al-Khalifa, a, pour la première fois, accusé la République islamique de chercher à acquérir l’arme nucléaire, exprimant tout haut ce que les dirigeants des pays du CCG pensent tout bas.

Redoutant un nouveau conflit après la guerre Irak-Iran (1980-88), la première guerre du Golfe en 1991 et l’invasion de l’Irak en 2003, les membres du CCG ont proposé, en guise de compromis, la création d’un consortium qui fournirait, sous contrôle international, de l’uranium enrichi aux pays du Moyen-Orient qui en feraient la demande.

L’idée, fraîchement accueillie par Téhéran, constitue « la meilleure garantie pour prévenir la course à l’arme atomique dans la région », estime Riad Kahwaji, directeur de l’Institut d’Analyses militaires pour le Proche-Orient et le Golfe (INEGMA), basé à Dubaï.

« Tant qu’un pays comme l’Iran a la liberté d’enrichir l’uranium, le danger que ce pays parvienne à se doter de l’arme atomique existe », a-t-il déclaré à l’AFP, indiquant que les pays arabes, dont ceux du Golfe, qui ont annoncé leur intention de se doter d’un programme nucléaire à des fins civiles ne pouvaient pas constituer un contrepoids à l’Iran.

« L’Iran possède un véritable programme nucléaire qu’il gère et développe, alors que les pays arabes entendent simplement acquérir des réacteurs pour produire de l’énergie nucléaire », sans maîtriser l’expertise nécessaire au développement de l’arme atomique, a-t-il expliqué.

Le programme nucléaire du CCG a fait l’objet d’une étude de faisabilité qui sera examinée lors du sommet de Doha.

Il consiste à doter les monarchies du Golfe d’une centrale unique, commune à ces six pays, qui sera construite « dans une zone sûre » et devrait être opérationnelle en 2025, a récemment indiqué le sous-secrétaire émirati à l’Energie, Ali ben Abdallah Al-Owais.

« Les monarchies du Golfe, qui multiplient les réunions militaires conjointes, s’inquiètent sérieusement d’une dérive de la crise iranienne vers un conflit armé », a affirmé M. Kahwaji, notant que si leurs territoires étaient touchés, « ces monarchies seraient obligées de s’impliquer dans un tel conflit ».

Mais l’analyste Ibrahim Khayat, un expert en études stratégiques basé à Dubaï, est plus réservé sur le risque de guerre, car, dit-il, « les Etats-Unis sont handicapés par leurs difficultés en Irak et en Afghanistan ».

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous