IranNucléaireL'Union européenne décide de nouvelles sanctions contre l'Iran

L’Union européenne décide de nouvelles sanctions contre l’Iran

-

Les 27 membres de l’UE ont toutefois déclaré qu’ils restaient ouverts au dialogue au cas où Téhéran souhaiterait approuver les mesures incitatives récemment proposées par les puissances occidentales pour trouver une solution à la crise nucléaire.

Les nouvelles sanctions, imaginées au début du mois en accord avec les États-Unis, concerneront principalement des intérêts commerciaux iraniens ciblés, voire des individus, soupçonnés d’avoir un lien avec le programme nucléaire iranien, a indiqué un responsable européen.

L’une des mesures phares devrait être le gel des avoirs de la première banque d’Iran, la banque Melli.

"Les individus en question seront interdits de séjour au sein de l’Union européenne et les entités n’auront pas le droit d’opérer sur le territoire", a indiqué la première source citée, qui a requis l’anonymat.

"NOUS POURSUIVONS SUR UNE DOUBLE VOIE"

Bruxelles doit en principe publier mardi la liste des personae non gratae au sein de l’UE, l’interdiction de délivrance de visas concernant essentiellement "des experts de haut niveau" liés au programme nucléaire iranien, a précisé le responsable européen.

Parallèlement à cette nouvelle série de sanctions, conçues conjointement par les "six" – les cinq membres permanents du Conseil de sécurité et l’Allemagne -, l’UE a rappelé qu’une sortie de crise était toujours envisageable si jamais Téhéran acceptait les mesures incitatives dévoilées par Bruxelles au début du mois.

Destinées à développer une coopération entre l’Iran et les pays occidentaux dans des domaines précis comme l’économie ou encore le nucléaire civil, ces mesures ont pour ambition que Téhéran renonce graduellement à l’enrichissement d’uranium.
"Nous poursuivons sur une double voie", a estimé le responsable européen interrogé par Reuters.

Le ministre iranien du Pétrole a déclaré le week-end dernier que les exportations de brut rapportaient six milliards de dollars par mois et le ministre par interim de l’Economie, Hossein Samsami, a affirmé que l’impact des sanctions existantes sur l’économie de son pays était limité.

7,062FansLike
1,173FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Eldar Mamedov, un conseiller de Bruxelles ou un ami du régime en Iran

Eldar Mamedov a été l'un des principaux acteurs du scandale de Qatargate. Le scandale de corruption de Qatargate, pour...

L’éventuelle inscription des pasdaran sur la liste des organisations terroristes effraie le régime iranien

Jeudi, le Parlement européen a adopté une résolution appelant à des pressions supplémentaires sur le régime iranien, notamment la...

Comment la censure d’Internet nuit à l’économie iranienne

Alors qu'au cours des quatre derniers mois, l'accès à Internet en Iran a été coupé ou sévèrement limité, le...

Le régime iranien cache les violations des droits humains dans ses prisons

Après plus de quatre mois de soulèvements nationaux en Iran, la brutalité de l'appareil sécuritaire et judiciaire du régime...

Les démissions et les renvois signalent le désespoir de Téhéran face aux manifestations

Mercredi 22 décembre, le ministre de l'Intérieur du régime iranien, Ahmad Vahidi, a annoncé que Mohammad-Tayyeb Sahraei avait été...

Les disparitions forcées, outil du régime iranien pour répandre la terreur

L'Iran est un pays gouverné par le régime autoritaire des mollahs. Il souffre de décennies de violations des droits...

Doit lire

Eldar Mamedov, un conseiller de Bruxelles ou un ami du régime en Iran

Eldar Mamedov a été l'un des principaux acteurs du...

Iran : Un régime effondré et ses forces démoralisées

Il ne fait aucun doute que le régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous