IranNucléaire"Pour les Etats-Unis, la piste des négociations est sérieuse"

« Pour les Etats-Unis, la piste des négociations est sérieuse »

-

Quel est, selon vous, l’effet des sanctions internationales sur l’Iran ?

Les sanctions sont efficaces en ce qu’elles montrent au régime iranien qu’il doit faire un choix crucial entre la voie de l’intégration et de la négociation, sur la base des offres du groupe des Six (Etats-Unis, Russie, Chine, Grande-Bretagne, France et Allemagne), et le chemin d’un isolement grandissant. Les sanctions de l’ONU, le fait que l’Organisation de coopération et de développement économiques a élevé le niveau de risque pour l’Iran, que des institutions financières et de grandes compagnies estiment désormais qu’il est trop risqué de faire des affaires avec l’Iran, tout cela a un impact. Ce qui le prouve, ce sont les critiques internes grandissantes contre le président iranien et sa mauvaise gestion de l’économie et des relations avec l’extérieur. Ces sanctions commencent à montrer au régime iranien qu’il a un choix à faire.

Des sanctions économiques peuvent-elles peser sur des choix idéologiques ?

Il y a peut-être au sein du régime iranien des personnes qui fonctionnent comme cela, mais il existe différents centres de pouvoir et d’influence en Iran, et certains sont très conscients qu’il faut que leur pays soit intégré dans le monde, qu’il est important de coopérer sur le long terme avec les institutions internationales, et qui comprennent combien la réduction de ces relations est dévastatrice.

Le sous-secrétaire d’Etat William Burns va assister à la réunion de Genève avec le négociateur iranien chargé du dossier nucléaire. Faut-il y voir un changement dans la politique américaine ?

Je ne crois pas que la décision de la présence de William Burns témoigne d’un changement, elle montre simplement que pour les Etats-Unis la piste des négociations est sérieuse mais, en même temps, nous continuerons de faire comprendre à l’Iran que sa conduite ne sera pas sans conséquences.

Qu’attendez-vous de la France et de l’Europe ?

La France est un partenaire très important dans cette approche "duale" qui combine la négociation et des sanctions effectives. Nous avons également apprécié le pas positif de l’Union européenne de geler les activités de la banque iranienne Melli, une décision que nous avions prise de notre côté en 2007. L’interprétation par l’Europe des chapitres de la résolution 1803 (contre l’Iran) constituera la prochaine étape.

Comment jugez-vous l’attitude des pays du Golfe, en particulier Dubaï ?

Il existe des relations historiques entre les Emirats arabes unis et l’Iran. On sait que les Emirats veulent devenir un "hub" de services financiers dans la région et même au niveau mondial mais, pour réussir, ils ont besoin de la confiance du monde extérieur. Ils partent d’un point où il y a beaucoup d’interactions d’un point de vue commercial mais ils travaillent dans le bon sens. Ils ont un véritable défi à relever.

Les Iraniens ne seraient-ils pas tentés d’attendre la prochaine administration américaine avant de faire un choix ?

Tout ce que je peux dire, c’est que si nous sommes limités par le calendrier, nous allons continuer, pendant les six mois qu’il nous reste, d’identifier des entités suspectées de prolifération et de terrorisme, et de prendre les décisions qui s’imposent, pour faire en sorte que le prochain président, quel qu’il soit, se trouve dans la meilleure situation possible.
Propos recueillis par Gilles Paris

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous