IranNucléaireWashington maintient la pression sur l'Iran avec une nouvelle...

Washington maintient la pression sur l’Iran avec une nouvelle ouverture

-

ImageAFP: Par Sylvie LANTEAUME: Les Etats-Unis ont maintenu mercredi la pression sur l’Iran en lui offrant un dialogue à long terme sur son programme nucléaire sans condition préalable, une semaine après une conférence internationale sur l’Afghanistan à laquelle ils avaient invité Téhéran.

Les Etats-unis ont participé à Londres à une réunion des six puissances impliquées dans les négociations sur le programme nucléaire iranien — Allemagne, France, Grande-Bretagne, Chine, Etats-Unis, et Russie — au cours de laquelle ils ont annoncé leur intention de s’asseoir désormais régulièrement à la table des négociations avec Téhéran.

A l’issue de la réunion, qui s’est tenue au niveau des directeurs politiques des ministères des Affaires étrangères, les Six ont annoncé avoir chargé le diplomate en chef de l’Union européenne Javier Solana d’inviter l’Iran à participer à une rencontre directe centrée sur son programme nucléaire.

"Au moment où nous parlons, le secrétaire d’Etat adjoint (aux Affaires politiques) Williams Burns, est désormais un participant à part entière aux négociations à six, et plus un simple observateur", a déclaré la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton.

"Nous pensons qu’il est sensé d’avoir un dialogue très prudent avec l’Iran sur un certain nombre de dossiers", a ajouté la chef de la diplomatie américaine.

Dans leur communiqué commun, les partenaires des Etats-Unis au sein du groupe des Six ont salué la main tendue à l’Iran par les Etats-Unis et leur volonté de "se joindre à toute rencontre future avec des représentants de la République islamique d’Iran". "Nous exhortons fermement l’Iran à saisir cette opportunité", ont-ils déclaré.

Washington a espéré que l’Iran accepterait l’invitation du groupe des Six.

"Une solution diplomatique nécessite la volonté de dialoguer directement sur la base du respect mutuel et des intérêts communs", a déclaré un porte-parole du département d’Etat, Robert Wood. "Nous espérons que le gouvernement iranien choisira de faire de même".

Cette nouvelle offre de dialogue américaine intervient dix jours après une rencontre dans le cadre d’une conférence sur l’Afghanistan à La Haye entre l’émissaire spécial américain pour l’Afghanistan, Richard Holbrooke, et le vice-ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Mehdi Akhoundzadeh.

Elle intervient aussi moins de trois semaines après l’appel historique du président américain Barack Obama aux dirigeants iraniens, auxquels il a offert de surmonter trente années de relations hostiles.

L’Iran se retrouve ainsi sous pression, notamment l’aile dure du régime représentée par le président ultra-conservateur Mahmoud Ahmadinejad, qui aura du mal à justifier une politique anti-américaine à tout crin face à tant de manifestations de bonne volonté de Washington, estime un diplomate européen ayant requis l’anonymat.

Un avis partagé par Karim Sadjadpour, du Carnegie Endowment for International Peace.

"L’administration Obama veut qu’il soit clair qu’elle est réellement résolue à poursuivre la voie diplomatique et qu’elle est souhaite sincèrement ouvrir un nouveau chapitre de coopération dans les relations irano-américaines", explique cet expert de l’Iran.

Mais "il y a encore des courants puissants à Téhéran qui pensent que l’hostilité à l’encontre des Etats-Unis est un pilier fondamental de la révolution, un élément central de l’identité de la République islamique", ajoute Karim Sadjadpour.

"L’administration Obama peut inviter l’Iran sur la piste de danse, mais elle ne peut pas l’obliger à danser le tango s’il n’est pas prêt".
 9 avril 2009 (AFP)

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous