IranNucléaireNucléaire iranien: les Six pour la suspension de la...

Nucléaire iranien: les Six pour la suspension de la construction d’un site

-

AFP: L’Iran doit suspendre la construction de son site nucléaire de Fordoo demande le Groupe des Six – les cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU et l’Allemagne – dans un projet de résolution soumis vendredi matin au vote du conseil des gouverneurs de l’AIEA.

Dans ce texte, dont l’AFP a obtenu copie, les Six (Etats-Unis, Grande-Bretagne, Chine, Russie, France et Allemagne) demandent à l’Iran de "suspendre immédiatement" la construction de son nouveau site d’enrichissement de l’uranium, situé dans une montagne à Fordoo, près de la ville sainte de Qom, et dont Téhéran avait dissimulé l’existence jusqu’en septembre dernier.

C’est la première fois depuis février 2006 que l’AIEA est saisie d’un projet de résolution à l’encontre de l’Iran.

Le Groupe des Six demande aussi à l’Iran de fournir des informations sur les objectifs du site et son calendrier de réalisation. Enfin, les grandes puissances réclament instamment au régime islamique de "confirmer" qu’il "n’a pas pris de décision quant à la construction ou l’autorisation de construction de quelque installation nucléaire que ce soit qui n’ait pas été signalée à l’AIEA".

L’Iran avait donné des assurances similaires à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) en septembre 2008 avant d’être contraint d’admettre, un an plus tard, en raison d’informations des services secrets américains, la construction du site de Fordoo qui, selon Téhéran, avait débuté à la mi-2007.

Pour les Six, comme pour l’AIEA, il s’agit de faire la lumière sur la nature véritable du programme nucléaire iranien: purement civil comme l’affirme le régime islamique ou, au contraire, également militaire comme le soupçonnent les grandes puissances.

Le soutien à cette initiative de la Chine et de la Russie, jusque-là réticentes dès qu’il s’agissait de condamner l’Iran, est interprété comme un signe de la frustration grandissante de la communauté internationale face au refus de Téhéran de coopérer.

En 2006, l’AIEA avait déféré le régime islamique devant le Conseil de sécurité de l’ONU pour son refus d’arrêter sa politique d’enrichissement de l’uranium et d’accepter des inspections de l’agence onusienne. Il s’en était suivi trois rafales de sanctions de l’ONU.

Téhéran, par la voix de son représentant à l’agence onusienne Ali Asghar Soltanieh, a déjà riposté jeudi en menaçant de "limiter" sa coopération avec l’AIEA "au strict minimum" en cas d’adoption de cette résolution.

Auparavant, l’ambassadeur allemand à l’AIEA, Rüdiger Lüdeking, parlant au nom du Groupe des Six, avait solennellement lancé au régime islamique: "Nous tendons la main et appelons l’Iran à la saisir".

Réuni depuis jeudi à son siège de Vienne, le conseil des 35 gouverneurs de l’AIEA doit se prononcer vendredi en fin de matinée sur cette résolution qui, selon des diplomates, a de fortes chances d’être adoptée.

Jeudi, le Directeur général sortant de l’AIEA, l’Egyptien Mohamed ElBaradei, avait estimé en être "à un point mort" avec le régime islamique.

7,062FansLike
1,168FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous