IranNucléaireL'Australie bloque trois cargaisons suspectes vers l'Iran

L’Australie bloque trois cargaisons suspectes vers l’Iran

-

AFP : L’Australie a bloqué trois cargaisons suspectes à destination de l’Iran en vertu d’une loi nationale contre la prolifération nucléaire, a annoncé jeudi le Premier ministre Kevin Rudd, sans divulguer la date de ces interceptions.

Le ministre de la Défense John Faulkner a invoqué la loi sur les armes de destruction massive pour bloquer les livraisons a précisé M. Rudd qui n’a pas fourni davantage de précisions.

"Si vous regardez quelle menace l’Iran fait peser sur la paix régionale et mondiale avec son programme nucléaire, il n’y a pas d’autre alternative qu’une action internationale ferme dans des domaines tels que celui-ci", a déclaré M. Rudd au groupe audiovisuel public ABC.

"Nous estimons que la sécurité nationale et les intérêts de l’Australie sont aussi à ce prix", a-t-il ajouté. L’Australie a agi de la sorte "car nous estimons que nous devons assumer un rôle de citoyen responsable au plan international".

"Si vous considérez l’état du programme nucléaire militaire de l’Iran et leur constant pied de nez à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et, plus largement, à la communauté internationale entière…Il n’y a pas d’autre choix que de continuer à suivre une ligne de fermeté", a-t-il poursuivi.

Le chef du gouvernement australien n’a pas divulgué la date des interceptions et le contenu des cargaisons bloquées mais, selon le journal The Australian, ces interceptions ont eu lieu au cours des derniers mois.

Au moins une cargaison était composée de pompes qui auraient pu être utilisées pour le refroidissement de centrales nucléaires, ajoute le journal.

L’enrichissement d’uranium est au centre d’un conflit entre l’Iran et les Occidentaux, qui redoutent que Téhéran, sous couvert de son programme civil, ne cherche à produire de l’uranium suffisamment enrichi pour construire une arme atomique. L’Iran a toujours démenti un tel projet.

L’Iran a réaffirmé mercredi qu’il était prêt à échanger une partie de son uranium faiblement enrichi (3,5%) contre du combustible hautement enrichi (20%) dont il a besoin pour son réacteur de recherche de Téhéran.

Ces déclarations ont provoqué des réactions prudentes dans les capitales occidentales qui ont entamé des discussions sur des sanctions internationales contre Téhéran pour sa politique nucléaire.

L’Iran avait rejeté en novembre une proposition du groupe des Six (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne, Allemagne) sur l’envoi de la plus grande partie de son stock d’uranium en Russie et en France pour y être transformé en combustible pour son réacteur de Téhéran.

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous