IranNucléaireNucléaire: Washington et Téhéran en lutte pour des voix...

Nucléaire: Washington et Téhéran en lutte pour des voix à l’ONU

-

AFP : Les Etats-Unis ont redit lundi vouloir "dès que possible" une résolution contre l’Iran au Conseil de sécurité de l’ONU, dont les membres font l’objet de toutes les attentions de Téhéran et Washington.

"Nous sommes engagés à New York (où se trouve le siège de l’ONU, ndlr) dans différents groupes pour nous accorder sur les détails d’une résolution et nous voulons que cela soit fait dès que possible", a déclaré Philip Crowley, le porte-parole du département d’Etat.

La secrétaire d’Etat Hillary Clinton devait rencontrer lundi après-midi son équipe de conseillers sur l’Iran.

Elle a multiplié ce week-end les entretiens téléphoniques à ce sujet avec des dirigeants étrangers, dont son homologue russe Sergueï Lavrov.

La lutte d’influence entre Washington et Téhéran au Conseil de sécurité des Nations unies s’est accélérée au même moment.

L’Ouganda, actuellement membre temporaire du Conseil de sécurité, a reçu samedi la visite du président iranien Mahmoud Ahmadinejad.

D’après une source américaine, Mme Clinton a appelé au même moment le président ougandais Yoweri Museveni.

M. Museveni, questionné par la presse samedi sur la position de son pays dans la controverse, a refusé de se prononcer.

Le ministre brésilien des Affaires étrangères, Celso Amorim, s’est rendu de son côté lundi à Téhéran. Il y a réaffirmé le soutien de son pays au droit de l’Iran aux technologies nucléaires civiles "pacifiques". Le Brésil est, lui aussi, membre temporaire du Conseil de sécurité.

Selon les médias, le chef de la diplomatie iranienne, Manouchehr Mottaki, se trouvait lundi en Bosnie-Herzégovine. M. Ahmadinejad s’est rendu au Brésil et au Gabon avant l’Ouganda, et le chef des négociateurs nucléaires iraniens, Saïd Jalili, est allé au Japon.

Les Etats-Unis, quant à eux, disent ne pas craindre un ralentissement des débats au Conseil en mai, quand le Liban -hostile aux sanctions- prendra la présidence du Conseil.

Un diplomate américain, parlant sous couvert de l’anonymat, a relativisé l’importance de l’attitude de Beyrouth, en soulignant le poids des cinq membres permanents du Conseil (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni et Russie) dans l’établissement de l’ordre du jour de cet organe.

"Je n’excluerais pas qu’une résolution soit mise sur la table en mai", a dit ce responsable.

La majorité au Conseil est de neuf voix sur quinze, mais Washington souhaite dépasser celle-ci pour envoyer à l’Iran un message d’unité de la communauté internationale.

Tandis que le Brésil, comme la Turquie et surtout la Chine, continuent de prôner le dialogue avec la République islamique, Washington a fait peu de cas lundi de la rencontre, la veille à Vienne, entre M. Mottaki et le directeur de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Yukiya Amano.

Le gouvernement iranien "fait le tour du monde pour essayer d’échapper à ses responsabilités", mais "les pays sont très conscients du fait que l’Iran ne respecte pas ses obligations" au regard du traité de non-prolifération nucléaire (TNP), a assuré une source américaine.

Les Etats-Unis et les Européens accusent l’Iran de chercher à se doter de l’arme nucléaire sous couvert d’un programme civil, un projet démenti par Téhéran qui qualifie de "sataniques" ces allégations.

Les efforts des Occidentaux sont soutenus de plus en plus clairement par la Russie. Quant à la Chine, la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton doit s’y rendre jeudi, avec l’espoir de convaincre Pékin, encore réticent, d’accepter les sanctions.

7,062FansLike
1,157FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous