IranNucléaireUn Canadien coupable d'avoir tenté d'exporter du matériel nucléaire...

Un Canadien coupable d’avoir tenté d’exporter du matériel nucléaire en Iran

-

AFP : La justice canadienne a reconnu coupable mardi Mahmoud Yadegari, un habitant de Toronto (Ontario, est), de tentative d’exportation de matériel nucléaire à usage civil et militaire vers l’Iran, ce qui pourrait lui valoir jusqu’à dix ans de prison.

Il s’agit de la première personne dans le monde reconnue coupable de violations des résolutions prises par les Nations unies à l’encontre du régime de Téhéran, accusé par la communauté internationale de chercher à se procurer l’arme atomique sous couvert d’un programme civil, a déclaré au Toronto Sun un procureur de la Couronne (partie civile), Bradley Reitz.

« Cela pourrait envoyer un avertissement fort aux personnes souhaitant exporter (du matériel nucléaire) de connaître ces règles et de les respecter », a ajouté l’avocat.

Iranien établi au Canada depuis 1998, M. Yadegari, 36 ans, avait été arrêté le 16 avril 2009 au terme d’une enquête conjointe de deux mois avec les autorités américaines.

Il s’était procuré des « transducteurs de pression », fabriqués dans la région de Boston, au nord-est des Etats-Unis, qui servent à « produire de l’uranium enrichi » et peuvent être utilisés « à des fins militaires », avait alors indiqué la Gendarmerie royale du Canada (GRC, police fédérale).

La Cour de justice de l’Ontario l’a reconnu coupable mardi de neuf des dix chefs d’accusation retenus contre lui, en particulier « d’une tentative d’exportation d’articles à caractère nucléaire et à double usage », a indiqué le ministère canadien de la Justice dans un communiqué.

La marchandise qu’il avait tenté d’envoyer en Iran le 4 mars 2009, via Dubaï, « est assujettie à un embargo des Nations unies sur les exportations liées au nucléaire en Iran », est-il rappelé.

Dans son jugement, cité par le Toronto Sun, la juge Cathy Mocha a souligné que « Yadegari savait, ou était délibérément aveugle, que les transducteurs étaient réglementés par une résolution de l’ONU ».

Pour son avocat, M. Yadegari est un homme d’affaires naïf qui voulait simplement commercer et n’avait « aucune idée de l’utilisation finale du produit », a dit au Toronto Sun Me Frank Addario.

Sa sentence sera rendue le 29 juillet et peut aller d’une amende de 500.000 dollars à une peine d’emprisonnement de 10 ans, a ajouté la Justice canadienne.

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous