IranDroits de l'hommeL'ONU exhortée à ouvrir une enquête sur le massacre...

L’ONU exhortée à ouvrir une enquête sur le massacre de 1988 en Iran et sur le rôle de Raïssi

-

L’agence Reuters a rapporté le 27 janvier que d’éminents anciens juges et enquêteurs de l’ONU ont appelé la patronne des droits de l’homme de l’ONU, Michelle Bachelet, à enquêter sur le « massacre » de prisonniers politiques en Iran en 1988, y compris sur le rôle présumé de son président actuel, Ebrahim Raïssi, à l’époque.

La lettre ouverte publiée jeudi, vue par Reuters, a été signée par quelque 460 personnes, dont un ancien président de la Cour pénale internationale (CPI), Sang-Hyun Song, et Stephen Rapp, un ancien ambassadeur américain pour la justice pénale mondiale.

Raïssi, qui a pris ses fonctions en août, est sous le coup de sanctions américaines pour un passé qui comprend ce que les États-Unis et les militants disent être son implication en tant que l’un des quatre juges qui ont supervisé les meurtres de 1988. Son bureau à Téhéran n’a fait aucun commentaire jeudi.

L’Iran n’a jamais reconnu que des exécutions massives avaient eu lieu sous l’ayatollah Ruhollah Khomeiny, le leader islamique décédé en 1989.

Amnesty International a estimé le nombre d’exécutions à environ 5 000, affirmant dans un rapport de 2018 que « le nombre réel pourrait être plus élevé ».

L'ONU exhortée à ouvrir une enquête sur le massacre de 1988 en Iran et sur le rôle de Raïssi

« Les auteurs continuent de jouir de l’impunité. Parmi eux figurent l’actuel président iranien Ebrahim Raïssi et le chef du pouvoir judiciaire Gholam-Hossein Mohseni Ejei« , indique la lettre ouverte. Ejei a succédé à Raïssi à la tête du pouvoir judiciaire iranien.

Raïssi, interrogé sur les allégations des militants selon lesquelles il était impliqué dans les meurtres, a déclaré lors d’une conférence de presse en juin 2021 : « Si un juge, un procureur a défendu la sécurité du peuple, il devrait être félicité ». Il a ajouté : « Je suis fier d’avoir défendu les droits de l’homme dans tous les postes que j’ai occupés jusqu’à présent ».

La lettre, organisée par le groupe britannique Justice for Victims of the 1988 Massacre in Iran, a également été envoyée au Conseil des droits de l’homme des Nations unies, dont les 47 États membres ouvrent une session de cinq semaines le 28 février.

Parmi les autres signataires figurent d’anciens enquêteurs de l’ONU sur la torture et d’anciens ministres des Affaires étrangères d’Australie, de Belgique, du Canada, d’Italie, du Kosovo et de Pologne.

Javaid Rehman, l’enquêteur de l’ONU sur les droits de l’homme en Iran qui doit faire rapport à la session, a demandé dans une interview à Reuters en juin dernier, une enquête indépendante sur les allégations d’exécutions ordonnées par l’État en 1988 et le rôle joué par Raïssi en tant que Téhéran substitut du procureur.

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous