EconomyÉconomieIran : les pasdaran étendent leur emprise sur l’économie...

Iran : les pasdaran étendent leur emprise sur l’économie iranienne

-

Iran Focus : Mahmoud Ahmadinejad a annoncé mardi que le projet de développement de six phases du champ pétrolier et gazier Pars Sud sera confié au Pasdaran, cependant les experts continuent à douter qu’ils aient l’expertise technique et les ressources suffisantes pour mener ces projets à terme. 
    

Les médias iraniens ont indiqué que l’accord est évalué à plus de 21 milliards de dollars et que le principal intéressé est la branche économique des Gardiens de la révolution, Khatam Al-Anbia. Le quatrième volet de sanctions de l’ONU récemment approuvé par le Conseil de sécurité a interdit tout accord et lien avec les gardiens de la révolution, responsable de la répression interne et du développement de l’arme nucléaire.

Deux autres sociétés bénéficiant de l’accord sont l’ «Organisation de développement et de renouvellement industriel» et la société Petropars, qui est une filiale de la Société nationale du pétrole iranien.

Auparavant, la compagnie anglo-néerlandaise Royal Shell et l’espagnole Repsol étaient censés développer conjointement des phases 13 et 14, mais après l’adoption des sanctions plus sévères de l’ONU ce mois-ci, les entreprises internationales ont renoncé à signer des accords avec le régime iranien.

La holding géante regroupant toutes les activités économiques des Gardiens de la révolution était jusqu’à maintenant surtout présente dans des activités de construction (BTP, routes, ponts, ports, pipe-lines…). Khatam Al-Anbiya devrait également réaliser un réseau de gazoducs dans le nord-ouest de l’Iran aux termes d’un récent protocole d’accord de 1,3 milliard de dollar, selon la même source. Elle négocie aussi un projet de 120 M USD pour accroître la capacité d’une unité de production de gaz dans la province de l’Ilam (ouest).

Dans le domaine pétrolier, Khatam Al-Anbiya a signé un protocole de 500 M USD pour le développement d’un champ à Susangerd (sud-ouest). Le branche économique des Pasdaran, qui a obtenu en mars la construction de 1.800 km de pipe-lines pour 850 M USD, négocie enfin un projet de 3 milliards de dollars pour la réalisation d’un pipe-line géant de 1.600 km entre la Caspienne et le Golfe, toujours selon le journal.

La société Khatam Al-Anbia a été formée au cours de la guerre Iran-Irak dans les années 1980 comme une entreprise de construction et non comme un acteur dans le secteur pétrolier. Toutefois, ces dernières années, et spécialement après l’élection présidentielle contestée en Iran qui a amené Ahmadinejad au pouvoir pour un second mandat, le bras financier du CGR a étendu sa mainmise sur les industries mécaniques, l’énergie, les mines et les industries de défense.

Après un an du premier mandat d’Ahmadinejad, les hauts responsables du CGR ont obtenu un contrat de 1,3 milliard de dollars pour le transfert de gaz. L’accord faisait entrer le CGR dans le secteur pétrolier. Le gouvernement d’Ahmadinejad a accordé exclusivement à la base Khatam le développement des trois phases de Pars Sud, dans le cadre d’un processus obscur, en plus de deux phases, conjointement avec deux autres sociétés nationales.

Ayant obtenu six phases du champ gazier de Pars Sud, la société affiliés au CGR est devenu de facto LA puissance économique de l’Iran.

Les sanctions internationales ont donné au gouvernement d’Ahmadinejad et à ses alliés au CGR la possibilité d’étendre leur influence dans Pars sud, qui est le plus grand projet gazier et pétrolier en Iran, en remplissant le vide laissé par l’exode des grandes entreprises internationales.

Mais, même après la signature, les experts continuent à douter que les entreprises iraniennes possèdent la gestion, l’expertise technique et les ressources suffisantes pour mener ces projets à terme. L’opération porte sur plus de 200 millions de mètres cubes de gaz.

Il ne semble pas plausible pour la Base Khatam de mener un projet aussi énorme, compte tenu de son insuffisance en expertise de gestion et en expérience technique, sans parler de la multitude de difficultés financières rencontrées par le régime iranien.

 

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous