Intelligence ReportsTerrorismeUne preneuse d'otages iranienne défend le massacre des manifestants

Une preneuse d’otages iranienne défend le massacre des manifestants

-

L’une des personnes responsables de la prise d’otage du personnel de l’ambassade des États-Unis en 1979 a Téhéran, a sans surprise, défendu les meurtres arbitraires de manifestants pro-démocratie lors du soulèvement de novembre 2019.

Masoumeh Ebtekar, la vice-présidente « pour les affaires des femmes et familiales » – C’est son titre officiel -, qui fut la porte-parole des preneurs d’otages il y a 41 ans, a défendu aujourd’hui le gouverneur à la ville de Qods, près de Téhéran, pour avoir ordonné aux forces de sécurité d’ouvrir le feu sur des manifestants pacifiques parce qu’ils étaient des «terroristes» qui avaient «pris d’assaut le gouvernorat».

La soi-disant responsable « réformiste » était connue sous le nom de «Sœur Mary» pendant la crise des otages, un exemple réel de terroristes prenant d’assaut un bâtiment diplomatique, ce qu’elle a qualifié d’action «unique et spéciale».

«Lors de cet incident, un certain nombre de manifestants et un nombre limité de terroristes armés ont attaqué l’arsenal et le centre de défense de la ville. Elle [le gouverneur de Qods] a déclaré: « Je devrais défendre la vie privée et la sécurité des gens » « , a déclaré Ebtekar.

Bien sûr, les gens n’étaient pas en danger face aux manifestants – Ceux sont les manifestants qui étaient menacé par les forces de sécurité qui ont tiré sur eux. Lors de l’insurrection le maintien du pouvoir de la République islamique était bien sûr en danger; après tout, les manifestants scandaient «Mort au dictateur» et marchaient sur des centres oppressifs lors d’une manifestation qui avait commencé à cause d’une hausse du prix du carburant. Il était très clair qu’ils visaient les ayatollahs, qui avaient essentiellement passé 40 ans à transformé le pays en un baril de pouvre.

Quelque 1500 manifestants à travers le pays ont été tués dans les rues par les forces de sécurité en quelques jours à peine après que le guide suprême Ali Khamenei a ordonné aux gardiens de la révolution (CGRI) et aux forces de sécurité de l’État (SSF) d’ouvrir le feu, ce bilan a été rapporté pour la première fois par la résistance iranienne puis confirmé par Reuters.

Les commentaires d’Ebtekar, ainsi que d’autres actions récentes des autorités, comme la nomination du commandant impitoyable des FSS, le colonel Alireza Daliri, qui a massacré le peuple du Kurdistan dans les années 1980, à la tête des FSS dans la province de Kermanchah, montrent que le gouvernement est terrifié par une nouvelle série de manifestations à l’échelle nationale. Ils utilisent la répression pour contrer la rébellion, souvent sous le prétexte de protéger les gens contre les coronavirus.

Le commandant du CGRI, Hossein Salami, a récemment ordonné à ses troupes de « fouiller toutes les maisons » pour trouver et isoler les personnes atteintes du Covid-19, mais il s’agissait essentiellement d’arrêter et / ou d’effrayer les manifestants potentiels.

« Le régime n’a pas été capable ni voulu résoudre la crise économique et sociale, qui a abouti au soulèvement de novembre 2019. Aujourd’hui, la crise du COVID-19 et son nombre croissant de morts, qui est une conséquence de l’inaction et de la dissimulation du régime, a accru l’agitation de la société », a écrit le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) de l’opposition iranienne.

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous