Intelligence ReportsTerrorismeL'Iran a jugé dans le plus grand secret ses...

L’Iran a jugé dans le plus grand secret ses détenus d’Al-Qaïda

-

AFP : 7 décembre – L’Iran a annoncé mardi avoir jugé et condamné les membres d’Al-Qaïda qu’il détient, dans un total secret qui risque de conforter les accusations américaines de complaisance, voire de soutien au terrorisme.

« Les peines ont été prononcées », a déclaré à l’AFP un porte-parole de la justice de Téhéran.

Mais ce porte-parole parlant sous couvert de l’anonymat a refusé de s’exprimer sur des questions aussi cruciales que les peines prononcées et contre qui, alors que certains membres éminents du réseau terroriste pourraient être dans les prisons iraniennes.

« Les jugements seront rendus publics quand les obstacles légaux à cette annonce seront levés », a-t-il affirmé.

« Tous les dossiers des membres d’Al-Qaïda arrêtés en Iran ont été traités par un juge spécial (…) et les jugements ont été prononcés conformément à la loi islamique », avait dit la veille le chef de l’autorité judiciaire à Téhéran, Abbas Ali Alizadeh, cité par l’agence semi-officielle Fars.

Lui non plus n’était pas entré dans le détail, se contentant de dire que les jugements étaient « nombreux ». Personne n’avait annoncé auparavant l’ouverture de procès. La République islamique entretient une opacité profonde sur l’identité de ces détenus ou le lien de leur rétention.

Les noms de Saad ben Laden, l’un des fils d’Oussama ben Laden, déchu de sa nationalité saoudienne, de l’Egyptien Saïf Al-Adel, numéro trois présumé d’Al-Qaïda, et de Souleimane Abou Ghaïth, porte-parole d’Al-Qaïda, un Koweïtien également déchu de sa nationalité, ont été les plus communément avancés. Il a aussi été question de la présence au moins provisoire en Iran de l’Egyptien Ayman Al-Zawahiri, bras droit d’Oussama Ben Laden.

Le sujet est éminemment délicat pour l’Iran, constamment accusé par les Etats-Unis de soutenir Al-Qaïda, une des incriminations qui lui ont valu de se retrouver sur « l’axe du mal ».

Il s’en défend âprement, mais son refus obstiné à dévoiler les identités et à coopérer avec les Etats-Unis a entretenu la suspicion américaine.
Confronté aux mises en cause, l’Iran n’a reconnu que progressivement en 2003 avoir arrêté des centaines de membres du réseau depuis l’automne 2001 et l’attaque américaine en Afghanistan. Le chiffre de 500 a été énoncé par des officiels.

L’Iran a aussi reconnu que, s’il avait extradé la plupart d’entre eux vers leur pays d’origine (par exemple le haut responsable Khaled ben Odeh ben Mohammed al-Harbi à l’Arabie saoudite), il en détenait toujours un certain nombre, dont des figures éminentes. Les Affaires étrangères ont cependant nuancé récemment en parlant seulement d’hommes « de rang intermédiaire ».

En juillet, le rapport de la commission d’enquête parlementaire américaine sur les attentats du 11 septembre a suggéré que « 8 à 10 des 14 Saoudiens (qui ont détourné les avions) ont traversé l’Iran entre octobre 2000 et février 2001 ». Le rapport estime que les autorités iraniennes ont fermé les yeux sur leur passage, voire qu’elles l’ont facilité.

Les Américains ont aussi dit avoir intercepté des communications indiquant que les attentats qui avaient fait 35 morts, dont plusieurs Américains, le 12 mai 2003 à Ryad, avaient été dirigés d’Iran par des membres d’Al-Qaïda.

Ces informations avaient mis fin à la reprise d’un dialogue informel entre Téhéran et Washington.

L’Iran fait valoir contre les accusations américaines qu’il a lui-même été victime d’Al-Qaïda et des talibans, dont l’islamisme intégriste sunnite est incompatible avec sa propre vision chiite de l’islam et contre lesquels il a soutenu et armé l’Alliance du Nord du commandant Massoud.

Il a condamné les attaques du 11 septembre. Il a rapporté l’an dernier pour la première fois avoir déjoué des attentats sur son sol. Il objecte aussi la difficulté à contrôler ses immenses frontières. Et il accuse en retour les Américains de donner refuge en Irak aux Moudjahidine du peuple, opposition armée au régime islamique.

7,062FansLike
1,155FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous