Intelligence ReportsTerrorismeL’Iran utilise son ambassade d’Ottawa comme base d’opération terroriste

L’Iran utilise son ambassade d’Ottawa comme base d’opération terroriste

-

 

Point de Bascule: Le quotidien Ottawa Citizen a publié un article de Steven Edwards expliquant que l’Iran utilise son ambassade d’Ottawa pour mobiliser les expatriés iraniens vivant au Canada et les mettre «à son service». L’Iran, qui n’entretient pas de relations diplomatiques avec les États-Unis, pourrait notamment mobiliser des Iraniens basés au Canada pour mener des attentats terroristes aux États-Unis, préviennent David Harris et Steve Emerson, deux experts de l’antiterrorisme.

Des opposants iraniens au régime de Téhéran vivant au Canada ont récemment confirmé les visées de l’Iran sur l’Amérique du Nord en faisant parvenir aux autorités canadiennes la traduction d’un article émanant de l’ambassade iranienne à Ottawa qui avait été publié en farsi sur un site iranien destiné aux expatriés de ce pays vivant au Canada.

Le 16 juillet 2012, l’Ottawa Citizen a publié un second article de Steven Edwards indiquant que des sénateurs et des politiciens œuvrant dans différents gouvernements au Canada avaient été contactés par les opposants au régime de Téhéran. L’article d’Edwards faisait également état d’une certaine impatience de ces activistes devant la lenteur d’Ottawa à réagir aux menaces iraniennes.

Point de Bascule reproduit la traduction des principaux extraits des deux articles.

Article 1 – L’ambassade iranienne recrute des expatriés

Steven Edwards (Ottawa Citizen – 10 juillet 2012) : L’ambassade iranienne recrute des expatriés (Iranian embassy recruiting expats)

Sans relations diplomatiques avec les États-Unis, l’Iran utilise son ambassade d’Ottawa pour recruter des expatriés iraniens vivant au Canada et les mettre «au service» de Téhéran. Cela a amené des experts américains de l’antiterrorisme à mettre en garde contre une attaque qui pourrait être organisée au nord de leur frontière.

Ce sont des opposants iraniens du régime de Téhéran réfugiés au Canada qui ont mis en garde contre les efforts de mobilisation que mène l’ambassade sous le couvert de programmes de rapprochement (outreach programs). Hamid Mohammadi, le conseiller aux affaires culturelles rattaché à l’ambassade de l’Iran a fait part des visées de son pays dans une entrevue donnée en farsi à un site internet qui s’adresse aux expatriés iraniens vivant au Canada.

Évaluant la population iranienne au Canada à un demi-million de personnes, Mohammadi la décrit comme ayant des «caractéristiques» qui la «distinguent» des autres communautés immigrantes. Le responsable de l’ambassade déclare que les nouveaux immigrants iraniens «ont conservé un grand attachement envers leur pays d’origine» et que ceux de la seconde génération occupent déjà «des postes importants dans les agences gouvernementales» canadiennes.

Mohammadi enjoint les Irano-Canadiens d’occuper «des positions de haut niveau» et de «résister à l’assimilation à la culture canadienne dominante».

Plus menaçant encore, il explique comment son pays entend inciter les Iraniens installés au Canada et ceux qui le seront dans le futur à aider l’Iran : «En 2031, la population immigrante totale au Canada se sera accrue de 64% et le nombre d’Iraniens augmentera par la fécondité», déclare Mohammadi. Ses propos ont été rapportés par le site www.iranyad.ir qui vise les expatriés iraniens.

«Nous avons donc besoin de mettre en œuvre des programmes culturels très efficaces afin d’améliorer et de développer la culture dans ces communautés qui croissent rapidement. Il est évident que cette importante population iranienne ne pourra que se mettre au service de son Iran bien aimée grâce à ces programmes et à ces rassemblements».

Alors que le Canada interdit à l’Iran d’ouvrir des consulats et des centres culturels à l’extérieur d’Ottawa, les responsables de l’ambassade iranienne semblent avoir trouvé des façons de contourner cette directive.

Des opposants iraniens au Canada soulignent que l’ambassade d’Iran est le principal commanditaire d’une conférence d’étudiants iraniens qui aura lieu à Cornwall (Ontario) durant trois jours cet été.

En 2010, un article du magazine Maclean’s a fait état  d’un centre culturel de Toronto fondé par un diplomate iranien bien branché et financé par l’ambassade iranienne à Ottawa.

«Les ambassades étrangères sont autorisées à mener des activités de rapprochement au Canada. Cependant, nous nous attendons à ce qu’elles le fassent en respectant les lois canadiennes», a déclaré Rick Roth, un porte-parole du ministre des Affaires étrangères John Baird, dans un communiqué qui manquait de fermeté face aux activités de l’Iran au Canada selon les activistes anti-Téhéran.

«Le multiculturalisme est en train de tuer le Canada. Je n’en peux plus de voir toute la rectitude politique qui prévaut dans ce pays», a déclaré Shabnam Assadollahi, une Irano-canadienne basée à Ottawa qui a participé à la traduction de la déclaration de Mohammadi.

«Quand vous devenez citoyen canadien, vous bénéficiez d’une sorte d’immunité et il est facile à ces gens-là de se rendre aux États-Unis. La seule solution serait de fermer l’ambassade iranienne à Ottawa».

David Harris, directeur du programme d’antiterrorisme au centre de recherche stratégique Insignis à Ottawa, a déclaré il y a plus d’un an devant un comité du Sénat canadien que, déjà à cette époque, l’Iran maintenait une «présence agressive» à Ottawa et qu’elle se faisait aider par ses expatriés pour atteindre ses objectifs.

Maintenant, ce sont des experts américains de l’antiterrorisme qui tirent la sonnette d’alarme.

«Il y a définitivement du recrutement qui se fait au Canada. Ils cherchent des Iraniens détenteurs de passeports canadiens ou américains», a déclaré Steve Emerson, le directeur du site reconnu Investigative Project on Terrorism et le producteur du documentaire Jihad in America 2 qui sera disponible prochainement.

L’an dernier, les autorités américaines ont accusé l’Iran d’avoir été impliquée dans une tentative d’assassinat manquée contre l’ambassadeur saoudien Adel A. Al-Jubeir à Washington. Dans le passé, les États-Unis ont expulsé des gardes de la mission iranienne à l’ONU soupçonnés d’espionnage et ils ont stoppé de nombreux stratagèmes de financement du Hezbollah, une organisation terroriste libanaise contrôlée par Téhéran.

L’intérêt que porte l’Iran aux Iraniens vivant au Canada est très logique, fait remarquer Homayoun Mobasseri, le directeur du groupe de défense des droits humains Neda for a Free Iran basé aux États-Unis. Alors que ceux qui sont nés en Iran doivent faire prendre leurs empreintes digitales lorsqu’ils se présentent à la frontière américaine, les Iraniens de seconde génération peuvent s’attendre de passer la frontière sans problème, comme n’importe quel autre Canadien.

 

Article 2 – Les politiciens canadiens ont été avertis de l’«appel aux armes» de l’ambassade iranienne il y a plusieurs semaines

Steven Edwards (Ottawa Citizen – 16 juillet 2012) : Les politiciens canadiens ont été avertis de l’«appel aux armes» de l’ambassade iranienne il y a plusieurs semaines (Politicians warned of Iranian Embassy ‘call to arms’ weeks ago)

Les activistes irano-canadiens qui ont dénoncé le présumé programme de recrutement mis en place par l’Iran au Canada disent qu’ils avaient averti privément de nombreux politiciens et officiels sur les activités de la République islamique dans les semaines précédant les déclarations des ministres du gouvernement qui ont réagi au plan révélé par l’Ottawa Citizen.

Le ministre des Affaires extérieures, John Baird, et le ministre de la Sécurité publique, Vic Toews, ont publiquement critiqué l’Iran après qu’un reportage publié à la une du Citizen le 10 juillet ait démontré comment un officiel iranien sénior de l’ambassade d’Iran au Canada incitait les Irano-canadiens à «se mettre au service» de Téhéran.

Les activistes Shabnam Assadollahi et Shadi Paveh de la région d’Ottawa déclarent qu’elles ont envoyé des courriels le mois dernier rappelant l’existence de ce que certains experts en terrorisme décrivent comme un «appel aux armes» iranien.

Point de Bascule : L’article identifie plusieurs responsables du gouvernement canadien qui ont reçu le document sur la menace iranienne. Parmi eux, les ministres Jason Kenney et Vic Toews ainsi qu’une centaine de sénateurs incluant Pamela Wallin, la responsable du comité du Sénat sur la Sécurité nationale et la Défense. Des politiciens ontariens et québécois, dont Amir Khadir d’origine iranienne, ont également été informés de la menace iranienne par les opposants au régime de Téhéran qui prirent l’initiative de traduire le communiqué de l’ambassade.

Références supplémentaires

– LesAffaires.com (28 décembre 2011) : Les Iraniens constituent le deuxième groupe d’immigrants-investisseurs en importance au Québec après les Chinois

– Stewart Bell (National Post – 6 mai 2012) : La police enquête sur le programme d’une école islamique qui compare les juifs aux nazis (Police investigating Islamic school over curriculum comparing Jews to Nazis)

– David Harris (Huffington Post – 7 juin 2012) : La «cinquième colonne» iranienne cible les élèves canadiens (Iran’s « Fifth Column » Targets Canadian Schoolchildren)

– Point de Bascule (19 juin 2012) : L’Iran donne une couverture importante et favorable au boycott étudiant au Québec tout en craignant que le PQ n’en bénéficie

– Laura-Julie Perreault (La Presse – 11 juillet 2012) : Les médias iraniens s’intéressent au printemps érable

– Christine Williams (Gatestone Institute – 11 juillet 2012) : L’Iran infiltre le Canada et incite à attaquer les États-Unis (Iran Infiltrates Canada, Calls to Attack America)

– David Harris (Sun TV – 16 juillet 2012) : Ingérence des expatriés iraniens dans les affaires canadiennes? (VIDÉO – Iranian expats interfering in Canadian affairs?)

Posté par Point de Bascule – le 10 juillet 2012,

http://pointdebasculecanada.ca/articles/10002659-l%E2%80%99iran-utilise-son-ambassade-d%E2%80%99ottawa-comme-base-d%E2%80%99op%C3%A9ration-contre-le-canada-et-les-%C3%A9tats-unis.html

 

7,062FansLike
1,163FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous