Iran and its NeighboursIrakL’ambassadeur américain réprouve le rôle de l’Iran en Irak

L’ambassadeur américain réprouve le rôle de l’Iran en Irak

-

Washington Post, Bagdad, 20 février – Par Nelson Hernandez – L’Iran joue un « rôle négatif » en Irak en fournissant des armes, de l’entraînement et de l’aide d’autres sortes aux milices et aux groupes insurgés qui s’ingèrent dans la politique irakienne, a déclaré lundi l’ambassadeur américain en Irak lors d’une conférence de presse.

« Nous avons dit aux Irakiens que nous ne cherchions pas à leur imposer nos différends avec l’Iran », a affirmé l’ambassadeur Zalmay Khalilzad. « Mais nous ne voulons pas de l’interférence iranienne en Irak. »

Khalilzad a également rejeté de manière brusque les appels de l’Iran à la Grande-Bretagne pour qu’elle retire ses troupes de la ville de Basra, dans le sud de l’Irak, et les a décrits comme étant « injustifiés ». Les Iraniens, a-t-il dit, essayaient de détourner l’attention de la crise récente au sujet de leur programme nucléaire en « se mêlant de quelque chose qui ne les regarde pas ».

« Les forces de la coalition sont ici en vertu d’un mandat de l’ONU à la demande du gouvernement irakien », a affirmé Khalilzad. « Basra était sur le territoire irakien la dernière fois que j’ai regardé la carte. »

L’ambassadeur s’est exprimé le jour où plus d’une vingtaine d’Irakiens ont été tués et un soldat de la coalition est décédé près de Karbala.

On ne sait pas clairement si les propos de Khalilzad étaient une déclaration formelle du mécontentement américain. L’ambassadeur a prononcé son discours à une conférence de presse qui s’est tenue dans la Zone Verte de Bagdad lundi matin et se dirigeait vers la sortie lorsqu’il a accepté de répondre aux questions des journalistes.

« Selon moi, l’Iran mène une politique double vis-à-vis de l’Irak », a dit Khalilzad. Une partie de cette politique est constituée de relations diplomatiques normales, a-t-il expliqué, et l’autre consiste à « travailler avec les milices, travailler avec les groupes extrémistes et fournir de l’entraînement et des armes ». Il a ajouté qu’ils avaient la preuve que les Iraniens fournissaient aussi « une aide indirecte » aux groupes insurgés arabes sunnites.

L’assistance iranienne fait partie d’une « stratégie complète », a-t-il dit, menée par un « acteur cherchant la prééminence régionale ».

Les relations de l’Irak avec l’Iran sont complexes. Les deux pays se sont faits une guerre violente pendant huit années dans les années 1980 et un grand nombre d’Irakiens regardent la théocratie chiite avec suspicion. Mais la plupart des hommes politiques chiites en Irak, qui vont bénéficier d’une importante représentation dans le nouveau gouvernement du pays, ont des liens étroits avec l’Iran.

Certains des hommes politiques entretiennent les milices afin de s’assurer que leurs décisions seront soutenues avec force, et cela a été longtemps l’objectif de la politique américaine que de dissoudre ces groupes.

Lors de la conférence de presse, Khalilzad a répété que le désir des Américains étaient que les Irakiens forment un gouvernement représentant tous les groupes ethniques et sectaires de l’Irak et nomment à leurs ministères de la sécurité des leaders compétents et non sectaires. Il a suggéré que les États-Unis pourraient couper l’aide financière à l’Irak si ces exigences n’étaient pas satisfaites. « J’ai affirmé à plusieurs reprises que nous devions réfléchir à ce que nous ferions s’ils ne prenaient pas la bonne décision », a déclaré Khalilzad.

Parallèlement, la police a rapporté lundi que 25 Irakiens avaient été tués dans des attentats à la bombe et qu’une bombe de bord de route avait tué un soldat de la coalition dans le sud-est de Karbala, selon les autorités militaires américaines.

Un homme, portant un gilet explosif s’est fait exploser dans un bus dans le nord de Bagdad, provoquant la mort d’au moins 14 personnes et en blessant plus de cinq, Maj. Mukhallad Ani, porte-parole du ministère de l’Intérieur, a déclaré. Ani a affirmé que le tueur kamikaze avait pris pour cible un bus qui transportait des Chiites près de la gare routière d’Hawija dans le quartier chiite de Kadhmiya. Un autre tueur kamikaze portant un gilet explosif s’est fait exploser parmi des ouvriers du bâtiment à Tayaran Square dans le centre de Bagdad. Six civils ont trouvé la mort et 16 personnes ont été blessées, selon Ani. Une autre bombe de bord de route a touché une patrouille de la police irakienne dans le nord de Bagdad, tuant deux policiers et en blessant quatre.

À Mosul, un tueur kamikaze a fait détoner sa ceinture d’explosifs dans un restaurant, tuant trois personnes et en blessant six, tous des officiers de police, d’après les responsables des hôpitaux et de la police.

L’attentat a eu lieu au restaurant Abu Ali dans le centre de Mosul, a déclaré le général Abdul Hamid Jubouri, porte-parole de la police de la province de Nineveh. Le restaurant est proche des quartiers généraux de la police et est fréquenté par des officiers de police, ont affirmé des témoins oculaires.

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous