Iran and its NeighboursIrakLe Congrès américain réclame des preuves de l'ingérence iranienne...

Le Congrès américain réclame des preuves de l’ingérence iranienne en Irak

-

Le Monde, 9 février – Par Corine Lesnes – Où sont les preuves ? Echaudées par le précédent des armes de destruction massive de Saddam Hussein, la classe politique et la presse américaine réclament des détails sur les accusations d’ingérence portées par l’administration Bush contre l’Iran en Irak. Le gouvernement, qui avait promis fin janvier de publier un dossier établissant les faits, en a reporté la parution.

Devant la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants, la secrétaire d’Etat, Condoleezza Rice, a une nouvelle fois été invitée à expliquer, mercredi 7 février, « pourquoi les Américains devraient faire confiance » au gouvernement lorsqu’il leur parle de la « menace croissante » que représente l’Iran. Elle a répété les mêmes arguments : les Iraniens soutiennent « les pires milices et escadrons de la mort » en Irak. Les militaires américains, « comme les Britanniques », ont découvert des engins explosifs puissants portant la marque de Téhéran. « Nous ne prévoyons ni ne préparons d’attaque contre l’Iran, a-t-elle assuré. Nous ne faisons que répondre aux actions iraniennes qui menacent notre sécurité nationale. »

Les premières accusations américaines datent de mars 2006, lorsque le ministre de la défense, Donald Rumsfeld, avait affirmé que les Gardiens de la révolution iraniens, et en particulier la brigade Al-Qods, assistaient des milices chiites en armes et explosifs.

En septembre, les accusations se sont faites plus précises. Le major général Richard Zahner, l’un des responsables du renseignement en Irak, a affirmé que les étiquettes sur les explosifs C-4 prouvaient qu’ils venaient de l’Iran, où ce type d’explosif n’est accessible qu’aux militaires. Le général Abizaid a, lui, évoqué des lance-grenades RPG-29 et des missiles chinois.

Le 31 janvier, le lieutenant général Odierno, qui commande la Force multinationale, a allongé la liste des armes venant d’Iran : lance-grenades, roquettes Katioucha… Les officiels ont aussi émis des soupçons sur la complicité de l’Iran dans l’attaque, le 20 janvier, d’un poste à Kerbala, où les assaillants se sont introduits grâce à de faux uniformes américains. Dimanche, la technique des faux uniformes a de nouveau été utilisée, mais c’est un diplomate iranien qui a été kidnappé. Téhéran a accusé les Etats-Unis.

L’administration avait promis, fin janvier, de publier les preuves de ses accusations. Mercredi, le porte-parole du département d’Etat, Sean McCormack, a appelé à la patience. Il a promis un dossier « clair, factuel et ciblé », et indiqué que le retard n’était « pas dû à un manque de faits » mais au souci qu’ont les responsables de « ne pas divulguer leurs sources ou leurs méthodes ». Selon le New York Times, le report n’est pas du fait des militaires mais des responsables politiques, qui estiment que le ton a assez monté.

Les antiguerre relèvent que l’administration s’en prend à l’Iran alors que la majorité des victimes américaines sont prises sous le feu des insurgés sunnites et non des milices chiites. Cette constatation leur fait dire que l’Iran est en train de devenir la justification de l' »escalade » en Irak. A un moment où les démocrates estiment que l’envoi de renforts n’est pas dans l’intérêt national, la « menace iranienne » apporterait la démonstration inverse. « L’échec des Irakiens sera imputé à l’Iran », craint Zbigniew Brzezinski, ancien conseiller diplomatique de Jimmy Carter.

7,062FansLike
1,168FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous